La conjoncture économique du 2ème trimestre 2021 décryptée par le CEROM

économie
Indicateurs de tendances
©INSEE
Le CEROM (Comptes Économiques Rapides pour l’Outre-Mer) dans cette étude menée conjointement par l’INSEE, l’IEDOM et l’AFD, a surtout apprécier les conséquences de la crise sanitaire sur l'économie. Elles mettent en exergue les chiffres du second trimestre 2021. Des perspectives mitigées

Le deuxième trimestre reste marqué par un fragile redressement. Les indicateurs de l'INSEE relèvent un emploi salarié et une création d'entreprises toujours dynamiques. 117820 salariés, c'est 1,2% de plus qu'au premier trimestre, avec un record dans l'intérim en hausse de 17%.

Parallèlement cependant, le taux de chômage et le nombre de demandeurs d'emploi progressent. Le chômage c'est 1,7 points de plus et le chiffre des demandeurs d'emplois augmente de 0,6%.

Si l'on recense 1150 créations d'entreprises et si, selon l'expression de l'INSEE, les entreprises font preuve de résilience avec une bonne trésorerie et des investissements dynamiques, il faut s'attendre dans les prochains mois à des répercussions du confinement du troisième trimestre.
Lourdement impacté par la crise, le secteur touristique reste à suivre. Un secteur qui, avc un net retrait de son chiffre d'affaires, n'a toujours pas retrouvé son niveau d'activité d'avant la crise.

VOIR : L'ensemble de l'études : 

TENDANCES CONJONCTURELLES 2ème TRIMESTRE 2021