La conférence territoriale de l’action publique sur l’eau se tient aujourd’hui.

consommation
CTAP
©J-M. Mavounzy
Pour Eric Jalton, on tourne en rond. Le président de Cap excellence remet en cause l’efficacité de la méthode. Dans même temps le collectif des usagers de l’au eux réclament un congrès sur la question
 
Ce mercredi, une Conférence Territoriale de l’Action Publique (CTAP) sur l’eau se tient dans l'après-midi. Cette conférence, pour prendre des décisions collectives en concertation avec l’Etat, est une instance  « privilégiée » pour certains élus notamment le président de région Ary Chalus. Pour d’autres, on tourne un peu en rond sur la question. C'est le cas des associations d'usagers et aussi, du président de Cap Excellence, Eric Jalton.

Pour les usagers, le Congrès doit se réunir, en leur présence

C’est le 21 novembre que la fédération des usagers écrit à des élus bien précis : les présidents de la Région et du Département, les membres du Congrès, les Parlementaires et les présidents des opérateurs de l’eau et de l’assainissement.
Les usagers réclament un congrès avant la fin de l’année avec un seul point à l’ordre du jour : la création de la structure unique de gestion de l’eau. Ils verbalisent clairement leur colère :
Plus question d’accepter le manque d’eau dans les établissements scolaires, d’accepter le manque d’eau des plus démunis, en pleine crise COVID…
Et puis, si la création d’une structure unique est la véritable solution, les usagers voudraient bien savoir qui freine, qui bloque, qui maintient les retards dans les prises de décision, qui agit finalement en "criminel".
Il est question d’eau et de bien plus encore : c’est la faillite des finances publiques qui est pointée du doigt. Par exemple, l’arrêt des règlements aux opérateurs comme ils ont pu le constater pour la société Nicollin.
Les usagers mettent aussi en avant la dégradation de l’environnement par la non- mise en œuvre des procédures réglementaires d’assainissement. 
Pour la fédération, la problématique du maintien de la rémunération des personnels ne devrait pas être le seul moteur dans la prise de décisions.
Tout le monde y prend pour son grade, les élus mais l’Etat aussi. Il est de leur responsabilité d’avoir le sursaut indispensable pour régler le dossier, et ceci, sans exclure les usagers de la gestion des politiques publiques !
Le 3 novembre, ils avaient déjà adressé une lettre ouverte au préfet en insistant sur ce point. Ils le rappellent à nouveau en évoquant le récent sondage publié par Qualistat qui confirme que l’eau est la priorité des priorités pour la population.  

Le scepticisme d'Eric Jalton

Eric Jalton, président de Cap Excellence est clairement sceptique sur l’efficacité de la méthode avec en ligne de mire un syndicat mixte ouvert. Pour lui, le compte n’y est ni dans le fond ni dans la forme.
Au point qu’il s’interroge sur la pertinence de la participation de ses services à une réunion de plus.
Eric Jalton président de Cap Excellence  

Eric Jalton président de Cap Excellence  

Selon lui la présence des usagers dans la gestion de l’eau est fondamentale. Dans la réponse qu'il leur a faite, il indique que, selon lui, l'une des principales raisons de l’échec des différentes politiques sur l’eau c’est la combinaison « mauvaise organisation / méconnaissance des ressources ».
Eric Jalton président de Cap Excellence  
 

Eric Jalton président de Cap Excellence  


 
 



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live