La droite guadeloupéenne depuis Lucette Michaux-Chevry

politique
Lucette Michaux Chevry
©LMC
Une chose est certaine, Lucette Michaux-Chevry, personnalité de premier plan, a porté haut les couleurs de la droite dans l’Archipel. Depuis sa défaite, en 2004, ce courant politique peine à retrouver les premiers plans sur l’échiquier politique locale.

La droite est explosée et composite. Un constat en Guadeloupe, les organisations politiques n’existent, significativement, que lorsqu’il y a un leader, incontesté dans l’opinion guadeloupéenne. Une locomotive qui transcende les idéologies. L’électeur guadeloupéen s’attache plus à la personnalité qu’aux idées développées.

Une info Outre-mer du 10 septembre 2021
Lucette Michaux-Chevry un soir d'élections ©Outre-mer la 1ère

Aujourd’hui la famille politique de Lucette Michaux-Chevry, Objectif Guadeloupe, n’est plus aux avant-postes. Le groupe est inexistant. Liquéfié, quelques années après la défaite de Lucette Michaux-Chevry, emporté par le débat de l’évolution institutionnelle et de la déclaration de Basse-Terre.
Sa fille, Marie-Luce-Penchard, ancienne ministre des Outre-mer UMP, de Nicolas Sarkozy, a choisi de s’allier à Ary Chalus et la majorité régionale composite. Aux dernières législatives, dans le fief de sa mère, elle n’a pas tenue la corde.

marie-Luce Penchard et Ary Chalus

L’autre famille politique, filiale du parti national assez mal en point pour le moment sur la scène nationale, Les Républicains, une fédération locale menée par Sonia Pétro. Force est de constater qu’il y a des militants, des adhérents, oui, mais les LR de Guadeloupe n’ont pas réussi à conquérir de mairies ou de collectivités. Ils sont dans certains conseils municipaux, au bénéfice d’alliance de circonstance. LR n’est plus la force polaire de la droite locale. 

Christian Jacob en Guadeloupe
Sur la droite, Christian Jacob, président de LR, Henri Nagapin (à sa gauche) et Sonia Pétro (à sa droite), soutiens de Valérie Pécresse en Guadeloupe, à la rencontre des marchandes de Pointe-à-Pitre. ©Jean-Marie Mavounzy

Il y a des personnalités individuelles, des francs-tireurs, qui se réclament de cette famille. Les centristes de l’UDI veulent aussi jouer un rôle de premier plan.

Un phénomène est à souligner et c’est un constat aussi dans l’hexagone : la nature a horreur du vide, il y une mue vers les extrêmes avec le Rassemblement National. Le parti de Marine Le Pen est en train de réussir son implantation locale.