La Guadeloupe accueille un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales

société
centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales
©Jean-Marie Mavounzy
Un centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales a été inauguré, ce 5 octobre, à Perrin, aux Abymes. Il a pour vocation de proposer à ces auteurs un accompagnement psychothérapeutique et médical.

Ces CPCA résultent du  Grenelle de lutte contre les violences conjugales (organisé du 3 septembre au 25 novembre 2019), où il a été constaté que les actions en direction des auteurs de violence nécessitaient d’être renforcées, tant en termes de couverture territoriale que de modalités de prise en charge. A l'issue du Grenelle, le Premier ministre de l'époque, Edouard Philippe, annonçait la mise en place de centres de suivi et de prise en charge des auteurs par un appel à projet sur tout le territoire. Au total 30 structures ont été créées. 
Celui de la Guadeloupe a été inauguré mardi 5 octobre. 

Lutter contre la récidive et le recours à la violence

C'est en tout cas la volonté des autorités avec l'inauguration du Centre de prise en charge des auteurs de violences conjugales de l'archipel, à Perrin, aux Abymes. Ce centre était attendu. 
La structure devrait permettre d'améliorer la prise en charge des individus tant au plan social que judiciaire. L'objectif étant, bien sûr, de lutter contre la récidive et le recours à la violence.

Les auteurs de violences, soit de leur propre initiative, parce qu'ils recherchent des solutions alternatives à leur violence, soit parce qu'ils ont été orientés par le Procureur de la République ou un juge, dans le cadre d'une obligation d'accompagnement avec éviction du domicile conjugal, seront accueillis dans ce centre. 

La prise en charge est pluridisciplinaire, tant judiciaire que sociale, psychologique ou addictologique, si l'auteur est consommateur de produits stupéfiants, explique Isabelle Bruère, directrice générale du SCJE (service de contrôle judiciaire et d'enquête). C'est avec cette association que la préfecture, qui assure une prise en charge financière, a signé une convention formalisant cet accompagnement des auteurs et ainsi, la diminution du risque de passage à l’acte.

©Guadeloupe

Les auteurs peuvent également obtenir un accompagnement socioprofessionnel visant notamment à l’insertion dans l’emploi.

Une ligne d'écoute dédiée aux auteurs de violences existe : 08 019 019 11.
Elle permet une écoute aux personnes souhaitant sortir du cycle des violences avant leur passage à l’acte.