La NASA surveille aussi de près l'activité de la Soufrière de Saint-Vincent les Grenadines

environnement
Saint-Vincent les Grenadines
©Tripadvisor

Les scientifiques de la NASA ont décidé de partager avec les scientifiques de Saint-Vincent les Grenadines et de la Martinique leurs données issues de l'observation terrestre afin de mieux préparer leurs plans d'évacuation en cas d'éventuelle éruption volcanique.

L'agence gouvernementale américaine a publié un communiqué expliquant qu'au regard de l'augmentation de l'activité sismique indicatrice de potentielles éruptions à Saint-Vincent les Grenadines et en Martinique, elle avait activé la cellule "NASA Disaster Program". Celle-ci est spécialisée dans préparation, la réponse et la gestion de catastrophes naturelles, basée sur l'observation des données de l'activité terrestre.

En coopération avec l'USGS Volcano Disaster Assistance Program, elle s'engage à recueillir, analyser et transmettre les données de l'activité terrestre dans cette zone, qui pourront aider à préparer la réponse des autorités en cas d'éruption et tenter d'en amortir les effets sur les populations. 

Saint-Vincent les Grenadines en alerte

Pour rappel, après le passage de la Montagne Pelée de Martinique en vigilance jaune au début du mois de décembre 2020, c'est la Soufrière de l'archipel du sud, Saint-Vincent les Grenadines, silencieuse depuis des décennies, qui a montré les symptômes d'une imminente éruption, poussant les autorités à passer directement en vigilance orange au tout début de l'année. 

Pour rappel, une forte activité sismique ainsi que des émissions de gaz et la création d'un dome volcanique causé par la lave. Alors, les scientifiques de l'île craignaient alors une éruption dans les 24 heures. Pour l'instant, aucune éruption n'est intervenue, mais son activité fait l'objet d'une intense surveillance.

Deux volcans reliés ?

Ce n'est pas la première fois que ces deux montagnes semblent communiquer. Les dernières éruptions de la Soufrière de Saint-Vincent les Grenadines remontent à 1902 puis 1979. Or, l'éruption de 1902 (1 600 tués) s'était produite quelques mois seulement avant celle de la montagne Pelée qui a ravagé la ville de Saint-Pierre et tué plus de 30 000 personnes. En 2021, les deux volcans semblent une nouvelle fois prêts à chanter la même chanson.

Cependant, selon le volcanologiste américain Erik Klemetti de l'université de l'Ohio interrogé par l'agence de presse Reuters, les activités des deux volcans ne sont pas reliées. Ces alertes consécutives sont à ranger à l'ordre des coïncidences. En revanche, la manière dont le magma circule à cet endroit de la croûte terrestre et filtre à la surface doit être mieux comprise par les scientifiques.

 

 

À lire aussi

Caribbean volcano roars back to life after decades of silence, prompting evacuation - Newshub.com

Les Outre-mer en continu
Accéder au live