La violence gagne du terrain en Guadeloupe : les agressions se multiplient

violence
Police nationale
Illustration ©Police nationale de la Guadeloupe
L’insécurité et la violence montent d’un cran, en Guadeloupe. Le Parquet de Pointe-à-Pitre souligne le fait qu’il y ait eu pas moins de sept tentatives d’homicides, durant le week-end dernier. Encore hier soir, une femme a été gravement agressée.

A 23h33, la nuit dernière, du lundi 2 au mardi 3 mai 2022, les pompiers ont été appelés pour venir en aide à une femme de 40 ans, retrouvée ligotée et bâillonnée dans la résidence Anquetil 2, aux Abymes. Une « rixe » avait été signalée sur place. La victime présente de multiples hématomes. Elle a été conduite au Centre hospitalier universitaire (CHU), dans un « état léger », selon les secouristes.

La situation est alarmante, en Guadeloupe.
La violence gagne du terrain, à tel point que le Parquet de Pointe-à-Pitre a souligné, sur son compte Twitter, le fait que sept tentatives d’homicides volontaires aient été dénombrées, dans son périmètre d'action, en l’espace de deux jours, entre le 30 avril et le 1er mai 2022.

En effet, le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) signalait plusieurs de ces faits violents, durant le week-end.
A commencer par une agression par arme à feu, à la résidence Les Seuils, au Raizet, où un homme de 25 ans a été grièvement blessé.
Dans la nuit de samedi à dimanche, il y a eu deux autres blessés, avec armes, en quelques heures : une femme de 19 ans qui a reçu plusieurs coups à l’arme blanche à Petit-Bourg et un homme de 42 ans ayant reçu des impacts de balles à Pointe-à-Pitre.

Comme le précise le Parquet pointois, il n’y a heureusement pas eu de morts, lors de ses faits divers.

Bien entendu, des enquêtes sont menées, dans chacune de ses affaires.