Le ciel s’entrouvre pour les agences de voyage

coronavirus
agences de voyages 1
©O. Duflo
Le secteur des agences de voyages est très lourdement impacté par la crise sanitaire.Les vacances de la Toussaint approchent mais avec la crise sanitaire, elles devraient avoir une saveur plutôt fade. Même si les annonces gouvernementales du jour font renaitre l'espoir
Ce lundi matin, Valérie Amboise a les yeux rivés sur son ordinateur. Elle attend les dernières nouvelles qui vont peut-être redonner de l'oxygène à sa branche professionnelle. La crise sanitaire a asphixié les agences de voyage de la Guadeloupe comme celles de l'Hexagone. Alors ce matin, Valérie Amboise se réjouit du geste fait par le gouvernement en leur faveur. (VOIR : Le gouvernement incite les Français à réserver leurs vacances de la Toussaint et à retourner en vacances Outre-mer)

Valérie Ambroise, la vice-présidente du syndicat des agences de voyage Antilles-Guyane 
©guadeloupe
Une lueur d'espoir pour un secteur qui peine à se relever. Entre confinement, déconfinement, mesures barrières, et autres, de très nombreux secteurs d’activité sont au ralenti.
L'agence d'Annick Jacobin s'est spécialisée dans la croisière. L'année 2020 avait pourtant bien commencé pour elle, jusqu'à la fin de la saison, précipitée par le début du confinement.
Annick Jacobin, Chef d'Agence 
©guadeloupe
Les agences de voyages sont alors quasiment à l’arrêt avec la restriction des déplacements. Et la gestion sociale et administrative devient leur principale activité

Valérie Ambroise, la vice-présidente du syndicat des agences de voyage Antilles-Guyane 
©guadeloupe
Dans une entreprise comme celle de Valérie Amboise, spécialisée dans les voyages sportifs, les perspectives jusque là restaient très minces puisque tout déplacement suppose encore beaucoup de contraintes liées à la situation sanitaire

Valérie Ambroise, la vice-présidente du syndicat des agences de voyage Antilles-Guyane 
©guadeloupe
L'espoir est donc de mise après les dernieres annonces et mesures ministérielles en faveur de la profession. Mais pour les professionels du voyage on sait de manière instinctive qu'une hirondelle ne fait pas le printemps. Et en la matière elle n'aura fait ni l'été ni le Carême. Reste à savoir si elle fera l'automne et l'hivernage. En tout cas, Annick Jacobin veut croire en un renouveau de la profession
©guadeloupe
Les Outre-mer en continu
Accéder au live