Le Kolektif Gwadloup Kont Vyolans poursuit sa lutte contre les actes de violence commis par « les forces coloniales »

société
kOLEKTIF JAN PIE
©D. Quérin

Le Kolektif Gwadloup Kont Vyolans a Jandam ne désarme pas. Avec désormais, deux dossiers sur lesquels il étaye son argumentaire: le décès, il y a presque 4 mois, de Claude Jean-Pierre et celui de Didier Assor abattu à Trois Rivières en décembre 2017 par un gendarme présent en renfort au SAMU.

Composé d’une dizaine de formations politiques, syndicales ou sociales, le Kolektif Gwadloupe Kont Vyolans a Jandam tenait ce mardi une conférence de presse pour faire le point sur les deux dossiers qu'il porte en ce moment. 

A celui de Claude Jean-Pierre sur lequel il s'était déjà positionné, il a donc ajouté celui de Didier Assor, cet homme de 45 ans atteint de schizophrénie. Ses parents souhaitaient le faire hospitaliser. Et dans ce cas, la famille faisait initialement confiance à la justice. Elle estime aujourd’hui que l’affaire est « étouffée ».

Tous dénoncent la partialité de la justice dans ce type d’affaires et rappellent que la justice se doit d’être « transparente ».

Le 9 avril prochain, un meeting est prévu devant le tribunal de Pointe-à-Pître et les deux familles y seront présentes ou représentées

meeting kolektif