Le marché de l'automobile au cœur de la crise mondiale

automobile
Concession automobile
. ©R. Malety
La crise économique frappe en ce moment tous les secteurs et celui de la vente de véhicule n'est pas épargné. En Guadeloupe, les concessionnaires automobiles font le dos rond en attendant des temps meilleurs. Une crise qui impacte aussi bien la vente de véhicule que celle des pièces détachées.

Ce mercredi, chez Peugeot comme dans toutes les concessions de l’Archipel, les clients ne se bousculent pas dans le hall d’exposition des véhicules.

Malgré un mois d’aout d’excellente facture avec 220 voitures vendues, ce constructeur français voit ses ventes chuter de près de 15% cette année par rapport à 2019, dernière année de référence sans perturbation.

Depuis la crise sanitaire, certains composants électriques se font rares suite à une demande exponentielle sur l’ensemble du globe. 
A cela s’ajoute des difficultés d’acheminement des véhicules par voies maritimes jusqu’à l’archipel;  mais également le conflit ukrainien qui a des conséquences sur la fabrication de faisceaux électriques.

Autant de raisons qui entraînent forcément des répercussions sur le prix des véhicules…

Les augmentations ont été successives. De manière générale je pense que les prix ont vraiment augmenté entre 5 et 8% sur l'ensemble des produits que nous organisons. On espère une stabilité, c'est pas gagné puisque, encore une fois, jusqu'à aujourd'hui, les pénuries, les coupes, sont toujours d'actualité, à cause justement de cette carence de semi-conducteurs

Jacques Misat, chef des ventes à Peugeot Guadeloupe

Jacques Misat chef des ventes à Peugeot Guadeloupe
Jacques Misat chef des ventes à Peugeot Guadeloupe ©R. Malety

Seul le marché électrique et hybride semble tirer son épingle du jeu avec près de 60% de vente en plus par rapport à 2019, mais aussi, avec une attente pouvant aller jusqu’à 3 mois. Et ces délais importants de réception, à SGDM, on les ressent particulièrement

clients concession automobile
. ©R. Malety

A tel point que le constructeur a pris la décision de concentrer ses ressources sur les modèles optionnés à fortes valeur ajouter donc pour assurer une partie de ses ventes.

D'une manière générale les véhicules qui sont en tension ce sont les véhicules qui sont plutôt en entrée de gamme, parce que les constructeurs se concentrent sur les véhicules milieu de gamme ou haute gamme. Ils font le choix d'aller sur les véhicules à plus fortes valeur ajoutée dans leur production. Beaucoup de véhicules ne peuvent tout simplement pas être produits, en rapport avec la demande sur les différents marchés niveau mondial. Donc la Guadeloupe ne fait pas exception

Ludovic Erbéa, directeur général de SGDM

Ludovic Erbéa SGDM
Ludovic Erbéa directeur général de SGDM ©R. Malety

 

Et si l’ensemble du secteur automobile espère une amélioration de la situation l’année prochaine, il est encore compliqué de pouvoir anticiper la prochaine tendance…