Le retour des motifs impérieux pour les déplacements aériens et maritimes entre la Guadeloupe, la Martinique et les Îles du Nord

coronavirus
Motifs impérieux Guadeloupe Martinique
©JCS

A compter d’aujourd’hui les motifs impérieux sont en vigueur pour toutes les liaisons aériennes ou maritimes entre la Guadeloupe et la Martinique. Un durcissement des mesures sanitaires afin de limiter la circulation de la covid-19 et de ses variants

Annoncée le 13 février, cette restriction est appliquée depuis ce mardi, pour une durée indéterminée...

Une décision motivée surtout par l’arrivée du variant anglais sur les 2 territoires. 5 en Guadeloupe, 23 en Martinique, selon le dernier point officiel. On sait qu’il est très contagieux.

Les vacances dans l’une ou l’autre de ces îles ne sont plus de mise, il faut à nouveau justifier les déplacements. Le principe reste le même : seules les raisons personnelles, familiales, de santé relevant de l’urgence, ou professionnelles ne pouvant être différées sont valables.

Le préfet a cependant rappelé que toutes les autres mesures prises pour éviter la propagation du virus restent en vigueur. En provenance de l’Hexagone et de la Guyane, les tests PCR de moins de 72 heures avant le départ en avion restent obligatoires. De même, les voyageurs s’engagent à leur arrivée en Guadeloupe à respecter un isolement prophylactique de 7 jours, suivi d’un test PCR .

C’est donc un nouveau coup dur pour les professionnels du tourisme qui comptaient sur ce dernier marché encore préservé, depuis la mise en place, fin janvier, de cette disposition entre les Antilles et l’Hexagone.

Dans un communiqué, le ministre des Outremers, Sébastien Lecornu a rappelé les engagements de l’Etat pour accompagner ce secteur sinistré : 500 millions d’euros d’aide alloués à ce jour aux entreprises ultramarines, par le biais notamment d’exonérations de cotisations sociales.

Pas sûr que cela soit de nature à les rassurer.