Les 65 mesures du plan interministériel pour la jeunesse dévoilées par la préfecture

famille
Présentation des 65 propositions du plan jeunesse
Présentation des 65 propositions du plan jeunesse. ©Bruno Pansiot-Villon
Les émeutes et barrages avaient mis le doigt sur les difficultés de la jeunesse guadeloupéenne. Elus et Etat s’étaient alors mis à pied d’œuvre pour leur venir en aide. La préfecture a présenté hier (17/03) son plan d’action : 65 mesures ont été retenues.

Il y a un mois (le 17 février), les "élus guadeloupéens mobilisés pour sortir de la crise sociale" présentaient leur plateforme de propositions.
Ce jeudi 17 mars, c’était au tour du préfet de Région. Alexandre Rochatte a exposé son "plan d’action interministériel pour la jeunesse de Guadeloupe". Il avait été mandaté par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, pour conduire un dialogue avec les jeunes et acteurs de terrain.
Objectif : calmer les débordements de novembre à janvier dernier. 65 actions ont été retenues et validées par différents ministères, de la formation à l’insertion des jeunes en passant par la mobilité étudiante, le logement étudiants, l’offre d’activités sportives et culturelles.

65 actions ont été retenues et validées par différents ministères.

Le préfet a rappelé quels étaient les axes de travail tout en garantissant que le travail ne s’arrêtera pas à la présentation de ce plan. 

Alexandre Rochatte, préfet de Région était l'invité de Christelle Théophile, dans le journal télévisé du 17 mars 2022 : 

La mise en œuvre de ces mesures suscite des interrogations. Trois jeunes qui ont participé aux ateliers en décembre dernier oscillent entre espoir et relativisme. 

Pour Nicolas Joachim-Eugène, animateur et concepteur du dispositif media jeune, ces mesures se concrétiseront avec la conférence permanente de la jeunesse.

Nicolas JOACHIM-EUGÈNE, animateur et concepteur du dispositif media jeune

Ils sont nombreux à attendre des avancées, d'autant plus que le "dossier jeunes" en Guadeloupe, fait du surplace depuis des années. 
Pour régler les problèmes de la jeunesse, il est important de travailler de concert, explique Raphaël Essers, cadre socio-éducatif à la Maison des Adolescents de Guadeloupe et des îles du Nord. Il était l’un des 6 animateurs des 3 groupes de travail. 

Raphaël ESSERS cadre socio-éducatif à la Maison des Adolescents de Guadeloupe et des îles du Nord