Les agriculteurs doivent penser à renouveler leur Certiphyto

pesticides
Certiphyto
©DAAF Guadeloupe

Le Certiphyto, obligatoire notamment pour les professionnels agricoles qui utilisent des pesticides, doit être renouvelé après cinq ans (dix ans pour ceux délivrés avant octobre 2016).Mais en Guadeloupe comme ailleurs, certains agriculteurs s’y prennent trop tard…  

Avis aux agriculteurs et autres professionnels qui utilisent des pesticides : votre Certiphyto arrive peut-être bientôt à échéance… Ce certificat individuel, qui est l’une des mesures du plan Ecophyto initié en 2008, est obligatoire à la fois pour les distributeurs, les conseillers et les utilisateurs de produits phytosanitaires. Il atteste de connaissances suffisantes pour utiliser ces produits en sécurité, mais aussi en réduire l’usage. Dans la catégorie des utilisateurs, sont concernés les entreprises de travaux agricoles (prestataires de services qui doivent en outre disposer d’un agrément), les agriculteurs, mais aussi leurs ouvriers, en tant qu’applicateurs. 

Une formation initiale de 14 heures 

En Guadeloupe, 6 387 certificats ont été délivrés depuis 2009, toutes catégories confondues. Pour obtenir leur Certiphyto, les chefs d’exploitation doivent suivre une formation de quatorze heures (deux journées de sept heures ou trois matinées). Elle se déroule en trois parties : réglementation et sécurité environnementale ; santé et sécurité de l’applicateur et espace ouvert au public (comment se protéger pour éviter l’exposition aux produits épandus et comment limiter leur dispersion dans l’environnement) ; réduction de l’usage des pesticides et recours à des méthodes alternatives. A l’issue de ces quatorze heures de formation interactive, les stagiaires sont soumis à un test QCM de contrôle et valident leur certificat s’ils répondent correctement à au moins 15 questions sur 30. 

Onze centres de formation en activité sont habilités en Guadeloupe à former au Certiphyto, ainsi qu’un à Saint-Martin et un à Saint-Barthélemy. Les deux plus grosses structures sont la Chambre d’agriculture (agréée depuis 2011) et la SICADEG (depuis 2012). L’essentiel des certificats a été délivré entre 2011 et 2015 ; le document étant devenu obligatoire pour tous à partir de novembre 2015 (date initiale d’octobre 2014 repoussée d’un an).

traitement sans protection
Malgré le Certiphyto, certaines pratiques perdurent sur les exploitations : ici, un ouvrier qui traite sans aucune protection… ©J. Champion

 

L’heure est au renouvellement 

Mais les utilisateurs de pesticides doivent mettre à jour leurs connaissances. C’est pourquoi le Certiphyto a une durée de validité : de dix ans pour ceux qui l’ont obtenu avant le 1er octobre 2016 et de cinq ans pour ceux qui l’ont acquis depuis. Il faut donc aujourd’hui le renouveler. Pour cela, trois possibilités : soit suivre une nouvelle formation de mise à jour de sept heures ; soit valider ses connaissances par un test en ligne ; soit enfin -et c’est une nouveauté- avoir participé, dans les trois ans précédant l’échéance, à une formation ou une journée technique sur la réduction et les alternatives aux pesticides (formations qui doivent être labellisées Ecophyto, financées par VIVEA). Les précisions de Luc Largitte, responsable de la formation professionnelle à la Chambre d’agriculture, et formateur agréé pour le Certiphyto :

Luc Largitte, formateur agréé Certiphyto

 

Les agriculteurs oublient l’échéance 

Attention : le renouvellement du Certiphyto doit se faire au moins trois mois avant la fin de date de validité. Passé ce délai, c’est trop tard : il faut repasser la formation initiale de deux jours pour obtenir un nouveau Certiphyto. Et justement, les agriculteurs concernés semblent souvent oublier la date d’échéance. Les services de l’Etat et l’organisme financeur VIVEA le constatent actuellement : les demandes de formation visent davantage l’obtention du primo-certificat que le renouvellement du document obtenu il y a cinq ou dix ans. Ainsi en 2020, la DAAF de Guadeloupe totalise 140 attestations délivrées en « primo » à l’ensemble des professionnels concernés, contre seulement 26 renouvellements. Dans la catégorie des chefs d’exploitation, on compte 10 renouvellements et 80 primo-certificats. Quelques uns sont certes délivrés à des agriculteurs qui s’installent ou reprennent une exploitation familiale à leur compte. Mais pour beaucoup d’exploitants déjà en activité, il s’agit bien de rattraper une négligence. Certains réagissent d’ailleurs au pied du mur : lorsqu’ils se voient refuser la vente de produits, pour cause de Certiphyto expiré….

La démarche pour renouveler son Certiphyto relève de la responsabilité de chaque exploitant agricole. Elle s’effectue en ligne, sur le site service-public.fr  A ce jour, 154 certificats ont été renouvelés en Guadeloupe (vendeurs, conseillers et utilisateurs). Les centres de formation se préparent à une montée en charge des demandes, et même à un rush, puisque tous les certificats obtenus à partir de 2011 et après 2016 arrivent en fin de validité…