Les avocats de Guadeloupe militent pour un retour au calme dans le débat public

tribune libre
Droit justice
©DR
Les bâtonniers et avocats de Guadeloupe, parmi lesquels figurent maîtres Tania Bangou, Claude Christon ou encore Jacques Floro, ont co-signé une tribune baptisée "Pour un débat apaisé." Ils prient l'ensemble des composantes de la société à un retour au calme et à l'union contre le virus.

Dix bâtonniers et avocats Guadeloupéens ont uni leurs plumes afin de lancer un appel à toute la population. "Pour un débat apaisé" est une tribune de trois pages datée du 22 août 2021 dont les lignes attestent de l'extrême polarisation du débat public quant aux questions de la vaccination et la gestion de la crise sanitaire. Le constat est aussi clair que douloureux, la rancoeur, la colère, l'incompréhension sont les nouveaux moteurs de l'argumentation.

Des colères légitimes grondent pour fustiger la gestion de la crise par les pouvoirs publics, que certains qualifient d'erratique et de kafkaïenne. Les esprits s'échauffent et voilà que deux camps opposés s'affrontent, chacun étalant ses certitudes, ses vérités, et parfois ses doutes. Une ligne de fracture se construit entre les "pro" et les "antis".

 

Dans une atmosphère chauffée à blanc, les fake news alimentent un brasier sur le point de devenir incontrôlable. Un enchaînement funeste par lequel la crise morale vient s'ajouter à la crise sanitaire.

Et voilà qu'une nouvelle crise surgit dans la crise ; elle est morale, elle atteint les esprits et les consciences ; elle est la marque d'une inquiétante montée de l'intolérance, garde avancée de l'obscurantisme et du chaos.

 

Un rappel au droit et un appel à l'union

Et les avocats de rappeler que la liberté d'expression, aussi belle soit-elle ne se substitue par au droit. Les faux-procès, les menaces de mort, les insultes, la haine et l'agressivité, qui font le lit des réseaux sociaux, peuvent aussi se transformer en autant de motifs de plaintes qui peuvent, le cas échéant, mener à des sanctions pénales.

Les avocats de Guadeloupe souhaitent voir l'union et le calme l'emporter sur la discorde. Condition nécessaire pour se concentrer sur le réel problème de la Guadeloupe : le Covid-19.

La pandémie éprouve l'archipel d'une manière aussi dure que nouvelle. La tension qui parcourt la société depuis plusieurs mois est, parfois, à la limite du soutenable. Les appels au calme se multiplient tant du côté politique que du côté associatif sans réussir à trouver, pour le moment, d'écho favorable. L'élastique continue de se tendre irrémédiablement.

Consultez ci-dessous la tribune des avocats de Guadeloupe.

Pour un débat apaisé - La tribune