Les Guadeloupéens très partagés face à la perspective de l'instauration d'un pass vaccinal

coronavirus
Le restaurant de Francine Delver
©D. Quérin
Ils l'ont tous entendu ce lundi et malgré les voix qui s'élèvent pour inscrire la Guadeloupe dans un champ à part du droit commun, les Guadeloupéens savent que si la loi est votée en janvier, le pass vaccinal sera une réalité en Guadeloupe. Pour l'heure, ils sont partagés sur la question

Mots après mots, les paroles de Jean Castex au cours de sa conférence de presse ce lundi sont venus tinter dans les oreilles des Guadeloupéens comme dans celles de tous les Français. Mais la situation sanitaire de la Guadeloupe étant bien différente de celle de l'Hexagone, beaucoup s'interrogent déjà sur les conséquences de l'application d'un tel pass vaccinal dans l'Archipel.

©Guadeloupe

A Petit Bourg, cela fait sept ans que Francine Delver a décidé de reprendre le restaurant de sa mère. Si dans les premières années d'exercice les choses sont plutôt allées pour le mieux, depuis l'an dernier, depuis l'arrivée de la pandémie, elle a plutôt du mal a joindre les deux bouts. Et elle sait qu'elle n'est pas la seule. 
Avec la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal, elle voit déjà poindre une nouvelle catastrophe économique pour elle. Le schéma vaccinal des Guadeloupéens est tel qu'elle ne pourra compter que sur les touristes pour résister à la crise sanitaire, à peine 40% de son chiffre d'affaire.

Francine Delver, restauratrice 
 

©Guadeloupe
Cinéthéatre du Lamentin
©D. Quérin

Au Ciné-Théâtre du Lamentin, Valérie Vilovar arpente les couloirs et les escaliers. Elle est d'ailleurs bien seule pour le faire. C'est que la crise est aussi passée par là. Une réduction drastique de la clientèle, désormais essentiellement des personnes âgées qui elles sont plus souvent correctement vaccinées que les jeunes. Et si l'on ajoute l'écran du cinéma qui ne sera réparé qu'en fin janvier, il faut faire preuve d'un optimisme inébranlable pour croire en un avenir meilleur

Valérie Vilovar, directrice du Ciné-théâtre du Lamentin

©Guadeloupe

Alors en Guadeloupe comme ailleurs, un peu plus ou un peu moins, il y a ceux qui se disent qu'ils auront à prendre une troisième dose de vaccin pour avoir un pass vaccinal valide, et ceux qui dès maintenant s'interrogent sur ce qu'ils pourront faire pour y échapper et continuer à vivre aussi normalement que possible.