Les parents d'élèves délogés de l'espace régional du Raizet, par les forces de l’ordre

justice
Espace régional du Raizet - 12/03/2021
©Christian Danquin

Descente de gendarmerie et de police, à l'espace régional du Raizet, en fin de matinée, ce vendredi 12 mars 2021. Ils ont reçu l'ordre d'évacuer les personnes qui siègent sur place, jours et nuits, avec des enfants, depuis mercredi.

Ambiance plus que tendue, à l'espace régional du Raizet, aux Abymes, ce vendredi 12 mars 2021, en fin de matinée.
Plusieurs véhicules de polices et fourgons de la gendarmerie sont arrivés sur place et ont déversé des dizaines d'agents des forces de l'ordre.
A l'aide d'un mégaphone, un commissaire de police a informé les squatteurs, qui siègent sur place depuis mercredi, qu'ils doivent évacuer les lieux. Les fonctionnaires sont venus pour appliquer une décision de justice.

Espace régional du Raizet - 12/03/2021
©Christian Danquin
Espace régional du Raizet - 12/03/2021
©Christian Danquin

 

Un siège pour dire non au port du masque dès le CP

Les personnes présentes à l'espace régional du Raizet, depuis deux jours, sont des membres du collectif "Liyannaj pou timoun Gwadloup", mobilisés pour dire leur opposition à l'obligation du port du masque, dans les écoles élémentaires (CP au CM2).

Ils sont arrivés sur place mercredi et, depuis, ils dorment sur place ; certains avec leurs enfants. Une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux les montre aussi faisant des grillades, sur l'esplanade extérieure de la structure, le soir.

Hier, une délégation régionale est venue à leur rencontre et, dans l'apaisement, les parties ont envisagé d'organiser une réunion, avec tous les acteurs concernés, afin d'examiner les conditions d'application de cette mesure.
Les parents qui manifestent veulent avoir le choix de ne pas imposer le masque à leurs enfants.

Mercedes Platon, présidente de l'association Nou Ka et porte-parole du "Lyannaj pou Timoun Gwadloup" estime qu'ils avaient le droit d'être là et répète que son association compte rester mobilisée, afin de faire reculer les autorités sur la question du masque à l'école :

©Christian Danquin - Guadeloupe la 1ère

 

Délogés à la demande de la Région Guadeloupe

Le moins que l'on puisse dire est que le collectif "Lyannaj pou Timoun Gwadloup" ne s'attendait pas à un tel déploiement de moyens, pour les déloger.
Les élus rencontrés hier ne les ont pas prévenus et ne leur ont pas demandé non plus de quitter les lieux ; ce n'était pas leur rôle, précise le cabinet de la collectivité régionale.

Cette opération a été demandée par la Région Guadeloupe. La responsabilité de la collectivité, propriétaire des lieux, est engagée. Or, dans le contexte sanitaire actuel, la présence de dizaines d'enfants, dormant dans ces locaux inadaptés, posait un sérieux problème de sécurité.
D'où le fait que le président Ary Chalus ait dénoncé cette situation et demandé aux autorités d'intervenir, sans violence, afin de rétablir l'ordre public. 

Les personnes qui occupaient illégalement l'espace régional du Raizet ont été expulsées. Le bâtiment a été libéré, fermé et sécurisé.

Espace régional du Raizet - 12/03/2021
©Christian Danquin
Espace régional du Raizet - 12/03/2021
©Christian Danquin

Le cabinet de la région Guadeloupe a tenu à expliquer la décision de l'exécutif et à confirmer son engagement, en faveur de la concertation, sur la thématique du port du masque dès 6 ans.

La situation sanitaire inédite que nous connaissons, depuis une année, nous invite tous, autorités publiques et citoyens, à plus de responsabilités et à plus de solidarité. Il est, plus que jamais, indispensable de maintenir les liens qui garantissent notre vivre ensemble.

 

Les conditions d’occupation, illicite, du hall d’accueil de l’espace régional du Raizet ne permettent pas de respecter l’intégrité des jeunes enfants. Cette situation ne pouvait durer, parce que justement, il s’agit de jeunes enfants !

 

Notre collectivité régionale a toujours prêté une écoute attentive à tous les problèmes qui concernent la Guadeloupe. Car c’est ensemble que nous sortirons renforcés de cette crise, c’est ensemble que nous réussirons à surmonter préserver ce qui nous caractérisent.

 

Aucun enfant ne peut être tenu à l’écart de l’école de la République ! Et c’est peut-être là, que nous avons failli ; nous restons convaincus qu’il y a de grosses marges de progression, en terme de dialogue notamment, pour traiter de manière apaisée la question de la protection sanitaire dans nos écoles.

L’exécutif régional s’engage à renforcer ce dialogue !

Cabinet de la Région Guadeloupe

Il est à se demander ce que les enfants, embarqués dans cette lutte, en retiendront.