Les pompes funèbres se réorganisent pour faire face à la croissance de la mortalité

coronavirus
pompes funèbres
©Daniel Quérin
Sur les huit derniers jours, le Covid-19 a fait une trentaine de victimes. Les pompes funèbres doivent faire face à cette augmentation des inhumations. Elles travaillent sans répit mais les défunts sont parfois sur liste d'attente avant de rejoindre leur dernière demeure.

Dans cette entreprise familiale de pompes funèbres, basée à Lamentin, tout s'est acceléré. Ses gérants sont dans l'obligation de construire une nouvelle morgue qui va accueillir d'autres dépouilles.

La nouvelle morgue sera au fond. Ce sont des casiers et il y en a environ 5 ou 6. Dans notre première installation, il y a essentiellement des personnes décédées de la Covid. Nous confirmons une augmentation des décès.

Francette Março - Gérante de pompes funèbres

 

Les funérailles respectent une organisation précise. Les mesures de restrictions prévoyaient déjà que les veillées et les enterrements ne rassemblent que la famille la plus proche du défunt, mais avec le nombre croissant de cérémonies, il faut désormais établir un planning pour s'assurer de ne pas aider à la circulation du virus.

Nous avons fait un listing pour la semaine. Nous essayons de faire en sorte que les familles ne se rencontrent pas en raison des cas-contact. Il faut donc faire une inhumation par matinée.

Francette Março - Gérante de pompes funèbres.

 

Le respect de la mémoire des défunts, sujet fondamental dans la tradition Guadeloupéenne, est lui aussi soumis à la loi et au rythme d'une épidémie qui n'épargne rien ni personne.