Les professionnels de la culture et les organisateurs de spectacles tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme.

coronavirus
Les membres du Syndipros lors de leur dernière rencontre avec le Préfet
Les membres du Syndipros lors de leur dernière rencontre avec le Préfet

Dans un courrier intitulé ‘’pour une urgence humaine et économique’’, adressé au Préfet et au directeur régional des finances publiques, le Syndipros dénonce les difficultés rencontrées par ses mandants et insiste sur l’aspect impératif de répondre à leurs besoins

Le syndipros, auteur de cette missive a tenu à préciser les difficultés rencontrées par les professionnels. Les ratés administratifs et surtout la détresse humaine qui s’installe chez les organisateurs d’évènements culturels.

Christian Georges président du Syndipros

Christian Georges, président du Syndipros

Et parmis les difficultés rencontrées par les professionnels affiliés au Syndipros, celle du changement des codes APE. Le code d’activité principal exercée est un code attribué à chaque entreprise lors de son immatriculation. En période de pandémie, ces codes permettent d’accéder aux aides et subventions définies par l’Etat. La difficulté en Guadeloupe reste que certaines activités sont mal référencées en raison de la particularité de notre territoire. La diversité des activités est un frein dans l’obtention des aides.Cet obstacle administratif rend certains éligibles aux aides contrairement à d’autres.

Christian Georges, président du Syndipros

Christian Georges, président du Syndipros

Ce courrier au Préfet tire la sonnette d’alarme et déplore que les banques ne jouent pas le jeu ou encore que les services de l’Etat ne suivent pas. Le syndicat prédit des faillites en cascade et s’inquiète même des dérives que cette situation pourrait générer. Certaines entreprises des secteurs de l’évènementiel, de la culture, du sport ou du loisir sont à l’agonie, privées d’activité depuis mars 2020.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live