Limitation du nombre de passagers entre la Guadeloupe et les Iles du Nord, mais également entre la Guadeloupe et la Martinique

coronavirus
Piste tarmac Pôle caraïbes aéroport
©SAGPC
En raison de la situation sanitaire inquiétante, des mesures complémentaires concernant le transport aérien et maritime entre la Guadeloupe et les Iles du Nord, et entre la Guadeloupe et la Martinique ont été prises par les préfets des 2 îles. Des mesures visant à réduire le flux de passagers. 
 Il fallait s'y attendre... Le nombre de cas de personnes contaminées par la Covid-19, dans notre archipel connaît une certaine stabilité. Pourtant, le nombre de cas positifs reste trop élévé. Ainsi, 356 nouveaux cas ont été recensés, entre le vendredi 11 et le lundi 14 septembre 2020. Ce qui porte à 3 426 le nombre de cas cumulés de coronavirus, confirmés par tests PCR, en Guadeloupe, depuis le début de l'épidémie. 
Lors de son point presse, jeudi 17 septembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué que les mesures déjà prises en Guadeloupe pourraient être à nouveau renforcées "si la situation sanitaire ne s'améliore pas".
 

200 passagers autorisés par jour entre la Guadeloupe et les Iles du Nord

Si en premier lieu, préfecture et élus comptaient laisser en l'état les mesures déjà applicables dans le département, lors du comité de suivi Covid, une mesure temporaire a été annoncé ce vendredi 18 septembre, en fin de journée. Elle concerne les déplacements de personnes par voie aérienne entre les Îles du Nord et la Guadeloupe. 
Alexandre Rochatte, préfet, représentant de l’État à Saint-Barthélemy et Saint-Martin a décidé en accord avec les compagnies aériennes Air Caraïbes et Air Antilles express, de limiter le transport des passagers entre la Guadeloupe et les Îles du Nord.
Dès le lundi 21 septembre, les trajets en avion seront plafonnés à 100 passagers à l’aller et 100 passagers au retour, par jour, et par compagnie.
Cette mesure vise à limiter le risque de propagation du virus entre la Guadeloupe, Saint-Martin, et Saint-Barthélemy, indique le communiqué de la Préfecture.
Une mesure applicable jusqu’à nouvel ordre qui sera maintenue ou assouplie en fonction de la situation sanitaire de l'archipel et des Iles du Nord.
 

117 cas à Saint-Martin

Saint-Barthélemy résiste tant bien que mal à l'épidémie. La situation est plus préoccupante à Saint-Martin. Au 14 septembre, l'île enregistrait 117 cas actifs et 21 personnes hospitalisées, dont 18 à l’hôpital Louis Constant Fleming.
Les niveaux des taux d’incidence (nombre de personnes positives sur 100 000 habitants par semaine) et de positivité (nombre de personnes positives par rapport au nombre de tests réalisés) restent supérieurs aux seuils d’alerte.
Face à ces dernières données, la Préfecture de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin a décidé d’instaurer par arrêté le port du masque obligatoire de 7 heures à 2 heures dans les zones fréquentées par un public important, en particulier les débits de boissons, les abords des établissements scolaires et des commerces, pour une durée d’un mois à partir du vendredi 18 septembre.
Les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros.
 

Réduction de moitié du flux aérien et maritime entre Guadeloupe et Martinique

Un peu plus tôt dans la journée, c'est la Martinique qui prenait une mesure complémentaire. Stanislas Cazelles, a pris un arrêté dans lequel il annonce réduire de moitié le flux de passagers entre la Martinique et la Guadeloupe. Dès le lundi 21 septembre, également, en plus de la prise de température à l'embarquement, le nombre d'entrées de passagers, en provenance de la Guadeloupe, par voie maritime ou aérienne est limité. 
Par semaine, 450 passagers pourront être transportés par Air Caraïbes, 400 par Air Antilles, 100 par Air France et 300 par l'Express des îles, compagnie maritime. 

A (re) voir le reportage de Paul-Henri Schol : 
©guadeloupe
Les Outre-mer en continu
Accéder au live