Les maires de Guadeloupe face à l'obligation d'ouverture des établissements scolaires

éducation
Ecole la Lézarde Petit-Bourg, rentrée après confinement
©Eric Stimpfling
C'est aujourd'hui que le ministère de l'Education doit publier le protocole sanitaire sur la réouverture des écoles. La plupart des maires qui n'avaient pas voulu ouvrir leurs établissements, prennnent position. Partout en Guadeloupe, les écoles sont préparées ou, fonctionnent déjà
Le président de la République, Emmanuel Macron, veut que toutes les écoles rouvre le 22 juin prochain. Que tous les enfants s’y rendent. Les maires de Guadeloupe se préparent. A Pointe-Noire, Camille Elisabeth, le nouveau maire a lancé les procédures pour mettre aux normes sanitaires les différents établissements de la commune. Il est prêt à ouvrir, mais seulement si les enfants sont au rendez-vous.
Camille Elisabeth, le maire de Pointe-Noire.

Camille Elisabeth, maire de Pointe-Noire.

A Baillargent Pointe-Noire, les élèves de l’école ont repris les chemins de l’école hier, mardi. Une trentaine d’enfants qui se sont retrouvés dans les locaux du collège du bourg. Leur établissement est en chantier depuis deux ans.
Pointe-Noire a répondu à l’attente du rectorat et de la préfecture sur l’ouverture des écoles. Hier matin ambiance de reprise dans cette commune du nord Basse-Terre.

Camille Elisabeth, maire de Pointe-Noire.

Eric Jalton, s’était opposé à une reprise début juin. Le maire des Abymes estimait à l’époque que la ville n’était pas prête. Aujourd’hui, dans l’espoir d’un protocole sanitaire moins contraignant, Eric Jalton se dit pas opposé à la réouverture si le protocole sanitaire est revu.
Eric Jalton, le maire des Abymes
©guadeloupe
Le maire des Abymes a prévu de faire une visioconférence avec les maires de l’archipel qui le souhaitent sur cette question de la réouverture.
Pour sa part, la ville de Baie-Mahault se dit elle aussi prête à rouvrir dès le 22 juin les établissements sur son territoire. Hélène Polifonte-Molia, l’édile attend aussi le protocole sanitaire.
©guadeloupe
Un protocole sanitaire qui doit désormais organiser les quinze derniers jours de classe d'une année scolaire vraiment à nulle autre pareille.
 

Communiqué de l'Association des maires

Les Outre-mer en continu
Accéder au live