Même avec le COVID-19, pas de répit pour la justice !

coronavirus
Le nouveau Palais de Justice de Pointe-à-Pître
©J.F.J.O
Alors que le confinement est la règle pour tous, la Guadeloupe vit au ralenti, depuis trois jours. Il en est de même pour les tribunaux, dont une partie des personnels est, elle aussi, obligée de rester à domicile. Pour autant, la justice n'est pas à l'arrêt !
Par ces temps de confinement, certains pourraient penser avoir le champ libre, pour commettre des délits. Aujourd'hui plus qu'hier, Patrick DESJARDINS, procureur de la République du tribunal judiciaire de Pointe-à-Pitre, prévient et martèle ce message :

La Guadeloupe ne deviendra pas une zone de non droit dans les jours et semaines qui viennent et les Parquets seront attentifs à poursuivre les faits les plus graves qui continueront d'être commis ! 

En clair, même si certains fonctionnaires du Parquet sont confinés chez eux, avec leurs dossiers, la justice va continuer à exercer sa mission.
A Pointe-à-Pitre, comme au tribunal judiciaire de Basse-Terre et à la Cour d'appel, le Plan de continuité de l'activité a été déclenché, dès lundi 16 mars 2020.

Le tribunal fonctionne, aujourd'hui, certes à vitesse réduite, mais la permanence pénale est ouverte, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pour traiter les affaires pénales de flagrant délit, comme les cambriolages, notamment des commerces qui ont baissé leurs rideaux, ou les agressions.
Le Parquet ne badinera pas non plus avec les récidivistes pris dans les filets de la police.
Autre priorité : les infractions au confinement, objets de contrôles routiers qui vont s'intensifier.
Autant de dossier sur lesquels la justice promet de sévir.