Marie-Galante : Chantal Ambroise nommée préfète pour l'élaboration d'un projet de territoire

marie-galante
Chantal Ambroise
Chantal Ambroise ©Préfecture de Guadeloupe
Après le dossier de l'usine de Marie-Galante et la tension qui s'en est suivie, l’État a décidé de nommer un préfet exclusivement chargé de préparer l'avenir de la "Grande galette".

Chantal Ambroise vient d'être nommée en qualité de préfète avec pour mission : l'évaluation du potentiel et l'élaboration d'un projet de territoire pour Marie-Galante.

Selon le communiqué officiel qui accompagne cette décision, elle aura le rôle d'un soutien aux réflexions que les industriels, les planteurs et les collectivités territoriales devront engager pour concrétiser la modernisation de l’usine sucrière de Marie-Galante et, en parallèle, préparer l’avenir de Marie-Galante. 

Car c'est dans le contexte de l’accident industriel survenu le 14 avril 2021 à l’usine sucrière de Marie-Galante et à la tension sociale qui s’en est suivie, que le préfet de région a confié à Chantal Ambroise quatre missions :

  • mobiliser les compétences interministérielles de l’État afin de coordonner la construction de la stratégie de développement territorial de l’île ;
  • travailler en collaboration avec les élus et l’ensemble des collectivités de la Guadeloupe ;
  • mettre en place des groupes techniques dédiés au développement de la culture de la canne, à la restauration des mares pour les besoins en eau des agriculteurs et des éleveurs, au développement de l’élevage et de la création d’une capacité d’abattage locale et du suivi de la société d’économie mixte de Marie-Galante ;
  • accompagner la finalisation du contrat de relance et de transition écologique de la communauté de communes de Marie-Galante, outil majeur à la mise en œuvre du projet de territoire de l’île en concertation avec les acteurs socio-économiques et les habitants.

Chantal Ambroise est titulaire d’une maîtrise en droit public et d‘un DESS administration des collectivités locales. Elle a commencé sa carrière en tant qu’animatrice au GRETA de Basse-Terre et a occupé plusieurs postes à responsabilité dans différentes préfectures jusqu’à sa nomination comme sous-préfète en 2004 en Eure-et-Loir. Titularisée dans le corps préfectoral en 2005, elle a exercé la fonction de sous-préfète à la Réunion, à Haguenau-Wissembourg et enfin à Béthune.