Mobilisation de planteurs de cannes à sucre du Nord Basse-Terre devant l'usine de Gardel

social
Lancement récolte canne, campagne sucrière
©Laetitia Broulhet
Ce mardi matin (26 Mai 2020), des planteurs de cannes à sucre du Nord Basse-Terre se sont mobilisés devant l'usine de Gardel au Moule. Ils sont en colère. Ces planteurs ne comprennent pas la chute de la richesse saccharine. 
Toutes les conditions météorologiques sont réunies, cette année, pour obtenir une richesse saccharine optimum pour cette récolte cannière de 2020. Pourtant, selon ces planteurs de canne à sucre la richesse saccharine qui leur est présenté par le CTCS , le centre technique de la canne à sucre, ne correspondrait pas.
Ce n'est pas la première alerte de ces planteurs sur cette mesure des tiges livrées régulièrement. Selon les planteurs mobilisés, la situation perdure depuis plusieurs années déjà. 
Cette richesse saccharine mesurée est importante dans le paiement de la tonne de canne à surcre aux producteurs. La richesse de référence est fixé par l'interprofession à 9. Depuis plusieurs semaines cette richesse est mesurée à 0.5, 1 ou 2. Il y aurait un problème selon eux. 
Depuis 2017, le prix de la tonne de canne livrée est fixé à un peu plus de 32,30 euros avec une richesse de référence 9. Si la richesse est moindre c'est un manque à gagner. 
Les planteurs du nord Basse-Terre se sont donc rendus devant l'usine de Gardel pour manifester. Depuis, une réunion avec les resposnables de l'unité industrielle est en cours. 

Les précisions de Sony Gostymen, planteur de canne dans le Nord Grande-Terre: 
 

Mobilisation des planteurs de canne du Nord Basse-Terre

Les Outre-mer en continu
Accéder au live