Un nouveau souffle pour le Mémorial ACTe

culture
Mémorial ACTe
Emmanuel Macron avait profité de la commemoration du 27 avril dernier au Panthéon pour annoncer son intention de faite l'Etat participer au financement du Mémorial  ACTe. Une décision qui va se traduire par la transformation du Mémorial ACTe en EPCC
En définissant l'objet de son existence le Mémorial ACTe dit de lui même que 

L’enjeu majeur du mémorial de la traite négrière et de l’esclavage est de donner naissance à un espace régional dédié à la mémoire, l’information, la connaissance et à la recherche historique, à destination de la population, des touristes, des étudiants et des chercheurs.


Mais un tel objectif nécessite un financement égal à celui des musées nationaux pour faire face aussi bien aux frais de fonctionnement qu'aux frais d'investissement pour enrichir ses collections et maintenir son statut. Centre Caribéen D’Expressions et de Mémoire de la Traite et de l'Esclavage, musée, lieu d'exposition et de spectacles, depuis plusieurs mois, la question de son statut juridique se pose.
Évoqué dés son inauguration par l'ancienne majorité régionale, le statut d’EPCC a été demandé par l'actuelle majorité et retenu par le président de la République.
Le MACTe va donc se transformer en Établissement public de coopération culturel, accompagné par la Région Guadeloupe. Et cela va bouleverser son fonctionnement. La Région annonce la mise en place de ce statut d’EPCC pour la fin de l’année 2018.

Christelle Martial Guadeloupe La 1ère




Un établissement public de coopération culturelle (EPCC) est un établissement public constitué par une collectivité territoriale ou un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) pour gérer un service public culturel. Les activités de l'EPCC doivent présenter un intérêt pour chacune des personnes morales en cause et contribuer à la réalisation de la politique culturelle nationale.
Voir aussi : la mise en oeuvre de la loi sur les EPCC
Les Outre-mer en continu
Accéder au live