Le paquebot Costa Magica placé en quarantaine au large de la Martinique

coronavirus
Costa magica
Plusieurs malades susceptibles d'être porteurs du coronavirus COVID-19 ont été signalés à bord du Costa Magica. De sources concordantes, il s’agirait de 3 membres d’équipage et de 2 passagers. La Préfecture de Martinique n'autorise pas le navire à accoster à Fort-de-France ce 12 mars.
Le Costa Magica n’est pas autorisé à accoster à Fort-de-France le jeudi 12 mars. Plusieurs malades susceptibles d'être porteur du coronavirus COVID-19 ont été signalés à bord a indiqué ce mercredi 11 mars, la Préfecture de Martinique.
 

Plus de 3 300 personnes consignées à bord du paquebot

Selon un responsable portuaire martiniquais, la déclaration maritime de santé (DMS) transmise le 10 mars par le bord faisait état de 5 personnes : 3 membres d’équipage et deux passagers, un Français et un Italien. De son côté, la compagnie Costa Croisières précise dans un communiqué du 11 mars qu’il s’agit de "4 passagers qui sont sous traitement à l’hôpital (du bord NDLR) avec des symptômes grippaux".

Ecoutez le témoignage du Docteur Michel Ciarra. Ce Guadeloupéen fait partie des passagers du paquebot :

Dr Michel Ciarra

Les autorités ont donc décidé de placer temporairement le navire de croisière en quarantaine le 12 mars à 3 milles marins des côtes, à l'entrée de la baie de Fort-de-France.
Des prélèvements sur les malades suspects seront réalisés puis transmis au laboratoire du centre hospitalier universitaire de Fort-de-France pour analyse. Dans l'attente, les 2 303 passagers et les quelque 1 000 membres d’équipage seront consignés à bord.

"Si les cas suspects devaient s’avérer positifs, notre territoire insulaire n’est absolument pas dimensionné pour gérer une crise de cette ampleur"
s’inquiète un responsable portuaire martiniquais.

 

Des associations martiniquaises demandent de fermer les frontières de l'île

La croisière du Costa Magica a été émaillée par plusieurs incidents. Le navire s’est vu refusé l’escale dans les îles de Grenade, Tobago, Barbade et Sainte Lucie, en raison de la présence à bord de 357 ressortissants italiens. Seul le port de Philipsburg sur l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin a autorisé le débarquement à terre.
En Martinique, plusieurs associations ont déposé un recours en référé devant le tribunal judiciaire de Fort de France. Elles demandent à l’Etat de fermer les frontières de l’île. L’audience prévue le 9 mars a été reportée au 13 mars
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live