Petit-Bourg tente de faire face au problème "sargasses"

mer
Vague de sargasses à Arnouville/Petit-Bourg - avril 2020.
Vague de sargasses à Arnouville/Petit-Bourg - avril 2020. ©Patrice GONFIER
Leur retour était redouté, en cette période de confinement ; les sargasses n'ont pas manqué de revenir, en début de mois d'avril, polluer le quotidien des populations du littoral. La municipalité de Petit-Bourg tente de s'organiser, pour y faire face... mais avoue être démunie.
Le territoire de Petit-Bourg est parmi les plus impactés par les vagues successives d'algues sargasses. Et ce mois d'avril ne fait pas exception à cette règle.
Les populations résidant sur le littoral paient un lourd tribut à cette nouvelle invasion qui, comme à l'accoutumée, est source d'ennuis de santé, de nuisances olfactives et de dégradations du matériel et des objets métalliques, notamment.
Des conséquences d'autant plus lourdes que les habitants sont confinés chez eux et dans l'incapacité de se soustraire à ces désagréments.

La municipalité est consciente de la situation, qui concerne en particulier les zones d'Arnouville, de Viard et le Bourg. Mais se pose le même problème que lors des échouages précédents, comme le rappelle la commune, dans un communiqué :

Un enlèvement mécanique n'est pas envisageable, dans tous les secteurs, du fait de leur enclavement.

Les interventions programmées par la ville se limitent, donc, ce mardi 21 avril, à la plage de Viard et à la section Sarrault du bourg de Petit-Bourg.
Par ailleurs, est-il écrit :

La Direction des services techniques reste en alerte afin de prendre les mesures nécessaires en fonction de l'évolution de la situation.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live