Plan France Relance : la préfecture et le Conseil régional de Guadeloupe au chevet du secteur de l'industrie

industrie
Entreprise Chlorex
©Rémi Defrance

La crise sanitaire a donné un coup d'arrêt à de nombreux secteurs d'activités. L'industrie ne fait pas exception. D'où ces moyens mobilisés par le gouvernement, sur 3 ans, pour soutenir l’investissement et la modernisation du secteur. Plusieurs entreprises guadeloupéennes sont concernées.

C'est donc un appel à projets, mis en place par la Direction générale des entreprises (DGE) et la Banque Publique d’Investissement (Bpifrance) qui a été initié afin de des projets d’investissement industriel dans 6 secteurs stratégiques d’une part, dans le volet national, et à forte composante territoriale d’autre part, dans le volet local.

Si le volet national concerne exclusivement les secteurs stratégiques, l’aéronautique, l’automobile, le nucléaire, l’agro-alimentaire, la santé, l’électronique et les intrants essentiels de l’industrie, le volet territorial cible tous les secteurs. Principalement ceux qui peuvent redémarrer rapidement et ayant des retombées socio-économiques fortes pour le territoire.

L’État et le Conseil régional décident conjointement du montant des aides allouées dans le cadre du programme "Territoires d’Industries" qui s’inscrit dans le Plan France Relance. L'accompagnement est réalisée sur une durée de 2 ans maximum en matière de financement d'infrastructures, de foncier, d'immobilier, d'immobilisations incorporelles, d'achat d'équipements et de machines, de dépenses d'industrialisation, d'amélioration énergétique et environnementale ou encore d'outils de production.

L'Etat au chevet de l'industrie guadeloupéenne également

L'entreprise Longueteau a été la première lauréate du dispositif de soutien à l’investissement industriel. Le projet permettra l’augmentation de la capacité de stockage et d’embouteillage par l’extension du site industriel comprenant la construction d’un bâtiment, une salle de stockage de produits finis et matières premières, une salle d’embouteillage, une salle de déchets pour matières recyclables et consignes. Le montant de l’investissement s’élève à 4,5 millions d'euros, le financement de l’État est à hauteur de 800 000 €.
Ce lundi 19 avril, Alexandre Rochatte, préfet de région et Ary Chalus, président de Région Guadeloupe se sont rendus dans une autre entreprise lauréate, Chlorex Industrie. 

L'entreprise créée en 1995 s'est spécialisée dans la fabrication de papier sanitaire et domestique à usage unique, de produits d'hygiène et d'entretien comme l'eau de javel, l'alcool à brûler, les solutions hydroalcooliques, etc.
En 2020, en pleine crise de la Covid-19, l'entreprise a dû fabriquer de la solution hydroalcoolique. Une forte demande qui a incité la société à se développer. Le projet de Chlorex a pour objectif la modernisation des équipements par l'acquisition de machines industrielles nouvelle génération afin d'augmenter la capacité de production et développer de nouveaux produits. Ces acquisitions permettront d'une part d'automatiser une ligne de production pour raccourcir le délai de fabrication et d'autre part de moderniser 3 autres lignes de conditionnements existantes. Pour un montant d'investissement de 860 790€ dont 430 000€ financés par l’État.

A terme, ce projet permettra d’embaucher au moins 3 personnes et de pérenniser les 23 emplois directs actuels.

Alex Dormoy est le gérant de l'entreprise Chlorex, il est interrogé par Rémi Defrance :