Plein succès pour la mission Subsaintes 2017

catastrophes naturelles
Atalante
©Eric Stimpfling
Pendant trois semaines, une vingtaine de scientifiques embarquée à bord du navire océanographique de l’Ifremer, l’Atalante, est partie à la recherche de traces de séismes sous la mer entre l’archipel des Saintes, en Guadeloupe, et l’île de la Dominique.
12 ans après le séisme des Saintes, une équipe de chercheurs a retrouvé la trace de ce tremblement de terre par 1 000 mètres de profondeur. Baptisée Subsaintes 2017, cette mission scientifique s'est déroulée durant trois semaines entre le sud de l'archipel et l'île de la Dominique.
 
Mission réussie
"Les objectifs de la mission ont été atteints au delà de nos espérances" se réjouit Javier Escartin, directeur de recherches au CNRS et chef de la mission Subsaintes 2017.
Grâce au ROV "Remote operated vehicle" (robot téléopéré) Victor 6 000, les scientifiques ont notamment pu filmer, pour la première fois, par plus de mille mètres de fond, un déplacement co-sismique vertical.
ROV Victor 6000
Javier Escartin, directeur de recherches au CNRS et chef de la mission Subsaintes 2017. ©E. Stimpfling
Cette cassure du fond sous-marin s’étend sur plusieurs kilomètres de long et peut, par endroits, atteindre 90 cm de haut. Elle a été générée par un séisme de magnitude 6,3 le 21 novembre 2004. Ce tremblement de terre a provoqué la mort d’un personne et d’important dégâts matériels dans l’archipel des Saintes ainsi qu’un tsunami d’une amplitude d’environ un mètre.

5 volcans majeurs sous-marins ont également été cartographiés dans la zone. Des volcans inactifs. Une tonne d’échantillons de roche volcanique a été remontée à bord, à l’issue des 14 plongées effectuées par le ROV.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live