Plus de 2 ans après, 4 mises en examen dans l'enquête sur le meurtre de Marius Coupan

justice
Conférence de presse du procureur Patrick Desjardins meurtre Marius Coupan
©Eric Stimpfling
L’affaire avait fait grand bruit en avril 2019…Marius Coupan un jeune homme de 26 avait été mortellement blessé par un tireur à scooter qui voulait s'emparer de ses chaines en or. Les faits s'étaient produits en plein jour un dimanche après midi, à Jarry, lors d'un rassemblement de motards.

Marius Coupan, 26 ans, est décédé le 1er mai 2019, trois jours après avoir été grièvement blessé par arme à feu. 

Tué pour une chaîne en or

Le dimanche 28 avril 2019, vers 16 heures, le jeune capesterrien assistait à une course de motos, à Jarry, à Baie-Mahault. Il avait fait le déplacement, dans l'espoir de vendre sa moto. Quand tout à coup, deux individus à scooter, le conducteur casqué, son passager cagoulé, avaient fait irruption devant lui. Le second étant armé. 

Devant un grand nombre de témoins, deux hommes sur un scooter étaient arrivés à la hauteur de la victime. Et après lui avoir arraché sa chaîne, n'avaient pas hésité, parce que cette victime semblait esquisser un geste de résistance, à ouvrir le feu, à une reprise, pour l'atteindre mortellement. 

Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre

Touché au flanc gauche, Marius Coupan avait été transporté au CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes en état d'urgence absolue. Il décédait 3 jours plus tard de ses blessures. 

Plus de 30 mois d'enquête

C'est donc plus de 30 mois après les faits que l'enquête confiée à la section de recherches de la gendarmerie a porté ses fruits. Quatre personnes ont été présentées au juge d'instruction en fin de semaine dernière, les auteurs et leurs soutiens logistiques. Ils ont tous les 4 été écroués et mis en examen pour leur participation à ces faits de vol avec arme et de meurtre. 

La scène filmée par la caméra de surveillance d'un fast-food avait été le point de départ de l'enquête des gendarmes. 
Le 14 septembre, ils ont donc procédé à 7 interpellations. Quatre individus ont été déférés. Ces derniers ont reconnu leur participation dans le crime, le tireur, le conducteur du scooter, le fournisseur de l'arme et celui du scooter. 

Au cours des interpellations, les enquêteurs ont également mis la main sur plusieurs armes, 3 armes de poing, 2 automatiques, un Smith & Wesson et un pistolet semi-automatique de la marque brésilienne Taurus. Preuves que de nombreuses armes circulent sur le territoire.