Pour enfin vivre, une victime de violences sexuelles au sein de sa famille, dévoile son lourd secret

violence
C'est un témoignage bouleversant, celui d'une femme blessée. Elle a choisi de parler pour raconter les viols répétés dont elle a été victime par son beau-frère durant de nombreuses années. De ce viol est né un enfant. Un secret de famille lourdement enfoui qui a détruit une partie de sa vie.

A l'aube de ses 64 ans, Amélie Reine Urger a entamé un processus de guérison. Et c'est en disant sa vérité, en la criant à ceux qui voudraient l'entendre qu'elle a choisi de le faire. A visage découvert... Elle n'a plus honte, elle n'a plus peur... Elle veut juste se reconstruire... Et vivre, enfin...

Sa vie se brise alors qu'elle n'a que 12 ans. Confiée à sa soeur aînée, elle intègre le foyer de celle-ci. Le début d'un enfer qui la poursuit encore. 

C'est au sein de sa famille qu'elle devient la proie de son beau-frère. Des attouchements, il passe très vite au viol. Son "bourreau", comme elle l'appelle, ne manque pas une occasion de l'isoler afin d'abuser d'elle. Au point même de faire patienter ses propres enfants sur un balcon, pour l'entraîner dans une chambre et lui faire subir les pires atrocités. 

Reine tente de se sortir de ce cycle infernal, mais il menace alors de la tuer. Terrifiée, l'adolescente ne sait pas vers qui se tourner. Sa soeur... Sa mère... Ne sont-elles pas au courant de son supplice ? Les questions se bousculent dans sa tête et le temps passe...

Jusqu'à l'impensable. A l'âge de 16 ans, c'est avec stupéfaction qu'elle découvre une grossesse. Enceinte de son "bourreau", Reine se voit flanquée d'un père pour son enfant par sa famille. Un père qui n'est pas le père. Un père qui n'est pas le "bourreau". Preuve encore pour elle que ses proches savent ce qu'elle subit. 

La naissance de son fils est un traumatisme supplémentaire. Elle ne peut s'empêcher de voir son agresseur quand elle regarde son nouveau-né. Comment créer un lien avec ce petit être qui n'a rien demandé mais qui lui rappelle tant de souffrance ? 

Reine se fait violence... Les années passent et elle peut aujourd'hui dire, avec fierté, avec une vraie relation avec son fils. Pas celle qu'elle aurait souhaité, mais l'assure-t-elle, il sait qu'il peut compter sur sa mère. 

Aujourd'hui, le beau-frère est décédé, sans avoir jamais été inquiété.

Suivie par une psychothérapeute, Reine veut aller de l'avant et enfin se débarrasser de ce poids qui l'empêche de vivre. 

"A presque 64 ans, j'ai envie de vivre... Pour moi..." crie-t-elle presque. 

Pour aller plus loin à (re) voir l'interview de la psychologue clinicienne Sabine Popotte, invitée de Christelle Théophile, dans le journal de 19h30 du 14 juin 2022 :