publicité

Précarité : les jeunes sont de plus en plus nombreux à sauter un repas

La Croix-Rouge tire la sonnette d’alarme. Selon un rapport de l’association d’aide humanitaire, les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à sauter un repas ou à renoncer à se soigner faute d’argent. 

  • Mélodie STEWENSON avec L'AFP
  • Publié le
C’est un rapport préoccupant… Dans ce document baptisé « Pacte Santé 2017  », la Croix-Rouge constate que les jeunes français et notamment les étudiants sont de plus en plus souvent confrontés à un dilemme : choisir entre manger ou se soigner. 

 

Un jeune sur cinq renoncent à se soigner 


Pour Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge française, faire une croix sur les dépenses de santé relève d’une « priorisation malheureuse » de la part de personnes « paupérisées ».

A savoir et d'après les chiffres de la Croix-Rouge, en France, un jeune sur cinq a renoncé aux soins. « Or un premier indice de la précarité est de ne pas se faire soigner. 13 000 étudiants parisiens sautent quatre à six repas par semaine, faute de pouvoir se les payer », indique-t-il.



Comme un devoir de conscience, la Croix-Rouge appelle l’Etat à agir, et notamment à la nouvelle ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, pour faire reculer la paupérisation et la précarité de la jeunesse en France.

Sur le même thème

  • santé

    CHU de Pointe-à-Pître/Abymes : Les inquiétantes conclusions

    Une mission d’expertise a été menée, par le cabinet « Indigo » depuis le 24 septembre 2018, pour s’enquérir des conditions de travail, de la santé et de la sécurité des agents, ou encore des conditions d’accueil des patients. Une enquête de terrain qui révèle des informations plutôt inquiétantes…
     

  • santé

    Zika : les avancées de la recherche

    Des chercheurs de Guadeloupe épaulés par d'autres équipes françaises ont publié vendredi dernier une étude qui lève le voile sur les effets à long terme du virus du Zika. Le virus est certes bien connu mais la fréquence d'apparition des complications neurologiques étaient encore un mystère.

  • santé

    « Le service public hospitalier est en danger »

    C’est en tout cas l’un des sentiments qui ressortent du sondage mené par la Fédération Hospitalière de France. 6.000 personnes ont répondu à cette consultation dans l’hexagone mais aussi outre-mer. Le manque de moyens réservés à la santé inqiète en Guadeloupe 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play