Prévisions : la saison cyclonique 2021 annoncée "active"

cyclones
Thierry Jimonet, directeur de Météo France Guadeloupe
Thierry Jimonet, directeur de Météo France Guadeloupe ©Bruno Pansiot-Vilon

Au regard des signaux météorologiques actuels, l'université du Colorado annonce une saison cyclonique 2021 active. Mais attention, précise Météo France Guadeloupe, il est bien trop tôt, pour ce type de prévisions, alors que la saison débutera début juin, annonce son directeur.

Hier, jeudi 8 avril 2021, le service de prévisions des ouragans de l'université du Colorado (Etats Unis d'Amérique) a publié les premières prévisions, pour la saison cyclonique 2021, notamment pour ce qui concerne le bassin Atlantique.

Tendance pessimiste

En conclusion, la prochaine saison des ouragans est annoncée comme potentiellement plus active que la normale, au regard de cette première tendance, réalisée par le Dr Philip Klotzbach et son équipe.

Il est question de 17 tempêtes (vents moyens entre 60 et 120 km/h) et 8 ouragans (vents moyens > 120 km/h), dont 4 majeurs (vents moyens > 180 km/h).

Premières prévisions cycloniques 2021 (avril)
Premières prévisions cycloniques 2021 (avril) ©Colorado State University

Pour rappel, la saison passée a elle-même été très dense, en matière de phénomènes cycloniques. Des chiffres record ont été enregistrés, en matière de tempêtes nommées ; il y a eu 30 tempêtes tropicales, dont 13 ouragans. L'alphabet grec a été utilisé pour la deuxième fois, après l'année 2005.

Les acteurs de Météo France prudents, quant à ces prévisions

Prévoir, de manière très anticipée, les tendances d'activité de la saison cyclonique à venir n'est pas l'une des missions dévolues à Météo France. En revanche, cet établissement public fait une synthèse de l'ensemble des centres météorologiques mondiaux qui assurent cette activité, en début de saison cyclonique, soit au mois de juin.

Du point de Thierry Jimonet, directeur du centre Météo France de la Guadeloupe, nous sommes encore loin du démarrage de celle-ci ; c'est donc, selon lui, "un peu hasardeux de se lancer sur ces prévisions" si tôt.

©Bruno Pansiot-Villon - Guadeloupe La 1ère

Les phénomènes météorologiques El Niño et La Niña, justement, sont des indicateurs-clés qui, en l'occurrence, inquiètent, actuellement. Pour autant, beaucoup de choses peuvent changer d'ici juin, atteste Thierry Jimonet, directeur du centre Météo France de la Guadeloupe :

©Bruno Pansiot-Villon - Guadeloupe La 1ère

Thierry Jimonet regrette que les différents centres météorologiques mondiaux produisent des indications en fonction d'une "normale" qui, selon lui, mérite d'être révisée :

©Bruno Pansiot-Villon - Guadeloupe La 1ère

Pour une tendance plus fiable et précise, rendez-vous donc début juin 2021.