Quand confinement rime avec consommation

coronavirus
CONSOMMATION 2
©N.FADEL
On aurait pu penser qu'en restant chez soi, le cordon de la bourse bien serré, on dépenserait moins. Faux ! Cuisiner, télétravailler, s'informer, se distraire, jardiner, faire le grand ménage... sont autant d'activités voraces en denrées, en électricité et en eau, durant le confinement.

Consommation d'électricité


A l'ère du tout numérique, nous sollicitons particulièrement l'énergie électrique en temps normal ; au travail surtout, pour la plupart d'entre nous.

Mais en confinement, c'est le budget du foyer qui est impacté par cette consommation. 
Les raisons d'être connecté tout au long de la journée sont légions : le télétravail sur les ordinateurs, les jeux vidéo des ados, la télé pour le chanceux qui a la télécommande, les tablettes, le téléphone et les réseaux sociaux pour prendre des nouvelles des proches, etc.
De surcroît, en cette période de chaleur, ceux qui occupent des logis mal ventilés ont tendance à allumer la climatisation.
Pour peu que le four et la paque de cuisson soient électriques... la facture grimpe encore un peu.
 

Consommation alimentaire


Finis, durant le confinement, les repas à la cafétéria du bureau, sur le pouce ou au restaurant à la pause méridienne, payés parfois avec des chèques déjeuner. Idem pour la cantine des enfants scolarisés, où les repas reviennent à environ 4,00 euros.
Désormais, il faut cuisiner.
Le garde-manger, le réfrigérateur et le congélateur (qui consomment aussi de l'électricité), mais aussi la boîte à goûters doivent être pleins. 
Le poste nourriture est, donc, parmi les plus coûteux.
 

Consommation d'eau


Quitte à être à la maison, beaucoup en profitent pour faire les lessives, le grand ménage, le lavage de la voiture et des extérieurs à haute pression, ou encore le jardinage.
Là, c'est le budget eau qui en prend un coup... au sein des foyers où l'eau coule à flot, bien sûr, ce qui n'est pas le cas partout en Guadeloupe.
 

Une question, une réponse*


Ce sujet de la sur-consommation des ménages, durant le confinement, est l'objet de la question de notre Internaute, Samantha du Gosier : "Durant le confinement, on consomme davantage d’eau et d’électricité. Est-ce qu’on sera aidés pour payer les factures, alors que l’on n’a pas travaillé ?"
Malheureusement, non, Samantha, selon Hilarion BEVIS-SURPRISE, coach budgétaire et secrétaire général de l’ADEIC Guadeloupe (Association d'éducation et d'information du consommateur) :
A noter tout de même que le Gouvernement a prévu d'accompagner financièrement les foyers les plus modestes, avec des enfants. Près de 4 millions de famille identifiées se verront verser une aide exceptionnelle de maximum 150 euros, plus 100 euros par enfant.

Une goutte d'eau, certes, de l'avis d'Hilarion BEVIS-SURPRISE.
 

Budgets équilibrés en l'absence des frais habituels ?


Hormis les travailleurs non confinés, les personnes circulent nettement moins. Or, les déplacements représentent habituellement une part importante des dépenses des ménages.
Les familles n'ont pas non plus à débourser de frais de garderie, ou d'activités périscolaires, actuellement.

Mais aucune étude ne permet, pour l'heure, d'affirmer que l'économie réalisée sur les frais d'essence, les tickets de transports en commun, ou les activités des enfants, compense les autres dépenses, amplifiées parle confinement.
 

Comment anticiper les éventuelles crises futures ?


Le coach budgétaire, Hilarion BEVIS-SURPRISE, conseille aux familles de réaliser, tout au long de l'année, ce qu'il appelle une "épargne de précaution".

L'épargne de précaution : il s'agit de mettre un peu d'argent de côté chaque mois, même 5, 10 ou 20 euros. C'est un réflexe qu'il faut inculquer dès l'éducation de nos enfants. La situation actuelle doit permettre une prise de conscience. Il nous faut prévoir les difficultés.

Par ailleurs, nous rappelle Hilarion BEVIS-SURPRISE, prendre l'habitude de consommer local permet aussi de se restreindre.
En n'allant pas en grande surface, on n'est pas attiré par des produits superflus.
 
*Les rubriques "Covid-19 : une question, une réponse"
Pour consulter les autres numéros de cette rubrique "Covid-19 : une question, une réponse", vous pouvez cliquer ici : la playlist Facebook "Covid-19 : 1Q1R".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live