Quelle pratique du culte, en période de confinement ?

religion
Eglise durant le Covid
©Ronhy Maléty
Le préfet a échangé avec les représentants des cultes, vendredi dernier. Le point a été fait, quant à ce qui est permis, durant le confinement et en ces temps où tout rassemblement peut être synonyme de danger. Certaines précautions s'imposent lors des messes, mariages, veillées et enterrements.

Lors du point Covid hebdomadaire, hier (mercredi 25 août 2021), le préfet Alexandre Rochatte, a évoqué sa rencontre avec les représentants des cultes de Guadeloupe. Une réunion, en visio-conférence, qui s'est déroulée le vendredi 20 août, en présence de l’église catholique, de l’église adventiste du 7e jour, la Délégation départementale du Conseil National des Évangéliques de France, la religion bouddhiste, la religion Hindouiste, les institutions juives et l'association représentative du culte musulman.

Il a été question des conditions de maintien des cérémonies et de l'accompagnement des défunts, alors qu'un confinement est en vigueur, en Guadeloupe, jusqu'au 19 septembre.

Dans le contexte actuel de circulation virale élevée, sur le territoire, chacun s'est engagé à concilier la pratique du culte et les dangers liés aux rassemblements.

Privilégier les offices religieux en distanciels

Ainsi, la pratique religieuse reste permise, en journée, dans les lieux de culte, "sous la condition expresse du respect des jauges et des règles de distanciation actuellement en vigueur", a confirmé Alexandre Rochatte.

Au sein des lieux de culte, le port du masque est obligatoire, sans discontinuer, pour les fidèles comme les officiants, sauf nécessité absolue liée au rite.

Le respect des gestes barrières doit être absolu, et du gel hydroalcoolique doit être mis à disposition des fidèles.

Un sens de circulation pour les entrées et sorties doivent être mis en place, tandis que doit être assurée l’aération voire la désinfection des locaux entre les offices.

Préfet de la Guadeloupe

Quoi qu'il en soit, le représentant local de l'Etat recommande fortement aux fidèles, de rester chez eux et de pratiquer, dans la mesure du possible, leur religion par le biais d’offices réalisés à distance.

Jauge de 25 personnes, pour les cérémonies

Concernant les cérémonies funéraires, les cultes approuvent  la décision de limiter au maximum le nombre de personnes présentes.
"La jauge abaissée à 25 personnes doit être respectée par tous, pour limiter les occasions de propagation du virus", a rappelé le préfet.

Autre levier permettant de limiter les rassemblements et les interactions sociales : Alexandre Rochatte recommande l'ajournement des mariages... à moins que le passage devant le curé ne soit pas suivi d'une fête.

Il est recommandé que les mariages actuellement prévus, dans les prochains jours, ou les prochaines semaines, puissent faire l’objet d’un report, sauf à ce qu’il ne soit pas prévu une fête à l’issue des offices religieux.

Préfet de la Guadeloupe