publicité

La réglementation de la pêche maritime de loisir en Guadeloupe et à Saint-Martin se précise

La préfecture vient de publier l’arrêté qui règlemente la pêche maritime de loisir en Guadeloupe et à Saint-Martin. Une nouvelle règlementation qui vient remplacer la précédente qui date de 2002. Un arrêté qui a déjà déclenché des protestations des pêcheurs de loisirs.

© Préfecture Guadeloupe
© Préfecture Guadeloupe
  • O. Lancien
  • Publié le , mis à jour le
Un arrêté qui concerne tous les bateaux non professionnels, dans la ZEE, la zone économique exclusive, ainsi que sur le littoral.
Il était d'ailleurs très attendu par le collectif de défense de la pêche de plaisance.
Maintes fois repoussé, le document est désormais disponible avec près de 5 mois de retard. Mais c'était le temps de la concertation entre la Direction de la mer et les plaisanciers pêcheurs de loisirs.
La discussion a permis de faire évoluer les choses :
- La pêche des poissons de catégorie une, les rostres et le Thon rouge est interdite.
- Le thon à aile jaune un seul poisson par navire, par jour et d’un gabarie de plus de 105 cm.
- Les autres poissons pélagiques, les dorades, le Thazard, les colas, le thon noir et les bonites : la pêche est autorisée avec 10 poissons par navire. Là aussi avec des tailles minimales.
Les amateurs redoutaient de se voir imposer à seulement deux poissons par bateau. Un collectif s’est monté et a manifesté sa colère par une pétition qui a recueilli plusieurs milliers de signatures.
C’est une nouvelle règlementation pour limiter les abus et la concurrence déloyale dénoncée par les pêcheurs professionnels. Les autorités ont constaté ces dysfonctionnements.
Et la récolte n'est pas la seule à être règlementée. Les techniques de pêches le sont aussi. Pas de DCP, de dispositifs de concentration des poissons, pas de pêche à la bouteille de plongée. Les produits devront être marqués. La pêche de loisir est réservée à la consommation du plaisancier et de sa famille. Les poissons ne peuvent être vendus ou achetés.
Des zones géographiques restent interdites par arrêtés préfectoraux, pour préserver la ressources ou alors faire face à la pollution au chlordécone.

VOIR AUSSI :
NOUVELLE REGLEMENTATION POUR LA PECHE

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play