Réouverture sous conditions des boîtes de nuit en Guadeloupe

coronavirus
boîte de nuit
©B. Pansiot-Villon
Les boites de nuit pourront rouvrir sous pass sanitaire et attestation pour pouvoir emprunter les routes sous couvre feu.Un dispositif qui ne convient pas aux professionnels qui viennent de le découvrir. Une réunion est prévue ce lundi avec le préfet.

Ils étaient en train de se préparer à la réouverture de leurs établissements mais l’annonce vendredi de la préfecture les a pris de court. Ils, les patrons de discothèques, clubs et bars dansants. C’est en effet par communiqué de presse, que la nouvelle est tombée : leurs portes pourraient ouvrir à compter du vendredi prochain 29 octobre. Le protocole sanitaire complet à appliquer reste à finaliser. Une réunion en visioconférence avec les services de l’Etat se tient ce lundi après-midi. 

Christian-Georges Henry-Léo est le président du Syndipros qui rassemble plusieurs dizaines de chefs d’entreprise du spectacle, de la nuit, de l’évènementiel et de la restauration. Pour lui, au 29 octobre, peu de patrons concernés seront en mesure de rouvrir.

Christian-Georges Henry-Léo est le président du Syndipros

Seloin la préfecture, les patrons devront fournir un justificatif à leurs clients qui quittent leurs établissements en plein couvre-feu. Une difficulté de plus pour ces chefs d'entreprises. Mais c'est dans un vrai esprit de dialogue qu'ils veulent aborder la rencontre de cet après-midi.
Ils ont des propositions à faire et leur objectif est de rouvrir de façon pérenne. Et la date du 29 octobre leur semble un peu juste. 
Sylvio Grava membre du Syndicat

Sylvio Grava, co-gérant du Cercle

Pour le remplacement des équipements perdus l'aide de la Région a été sollicitée. Des demandes complémentaires seront faites à la Préfecture sur ce volet, mais pas seulement, la précarité financière des établissements n'a cessé de s'accroître au fil des mois. 
Le Syndipros souhaite que l'Etat les soutienne en Guadeloupe au minimum de la même façon que leurs homologues dans l'hexagone, qui ont pu, par exemple obtenir un accompagnement, trois mois encore après leur réouverture.