Souffrez -vous de natalophobie ou de la peur de Noël ?

vie locale
Art de la table
©Martinique La 1ère
La natalophobie est une maladie. Elle se matérialise par une peur des fêtes de Noël. Du fait de cette récente découverte, on ne connait pas le nombre de personnes concernées par cette maladie aux Antilles. Les cadeaux sont une source d'angoisse pour ces personnes.

Les médecins précisent "qu'au sens strict, la natalophobie est une peur excessive, irrationnelle, qui va provoquer des crises d’angoisse à la vue des objets qui font penser à Noël : calendrier de l’Avent, sapin, décorations…".

Les causes 

Les natalophobes sont de plus en plus nombreux et il existe plusieurs déclencheurs. 

Un malade peut, par exemple, avoir seulement peur de faire le réveillon, un autre peur des sapins ou des décorations. 

Les traumatismes subis sont aussi cités. La phobie peut aussi s'expliquer par les difficultés de la vie. Une modification de la cellule familiale, dans ce moment festif, peut faire penser à une séparation, la personne aimée n'étant pas présente pour ce moment de partage. Elle peut être aussi la cause des questions posées par les membres d'une famille qui au cours de la soirée abordent les traditionnelles discussions  du style "toujours célibataire ?", "alors tu n'as encore trouvé de travail ?".

Boule au ventre, crise d'angoisse, cadeaux...

Noël est une fête familiale, l'ambiance pourrait être à l'apaisement des tensions mais le plus souvent, les querelles ressurgissent. Cette année, les questions du quotidien qui déjà alimentent les discussions peuvent à nouveau lancer des interrogations (Covid et de la vaccination). 

Les cadeaux sont aussi une source d'angoisse pour les personnes atteintes de natalophobie. Outre l'aspect financier, ces malades se mettent une forte pression pour trouver le présent idéal. Ils sont déçus par les réactions au moment ou le paquet est ouvert.

L'angoisse, avant les festivités, est aussi un des symptômes de la maladie.

Et si la soirée du réveillon  vous pose un problème, venez juste pour l’apéritif, ou arriver pendant le repas.  Moins on se sent emprisonné et bloqué dans un rituel, mieux on se sentira.

Bon courage à ceux qui souffrent de cette pathologie.