Sous-préfecture : un rassemblement citoyen contre les agressions répétées subies par les policiers

sécurité
mobilisation policiers
©G. Blanquet

Les syndicats de police Alliance et UNSA se sont mobilisés ce mercredi 19 mai, devant la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre pour la mise en application d'une réponse pénale pour les agresseurs de policiers. En clair, peser sur l’administration pour que la réponse soit la plus sévère possible.

Ce n'est pas toujours les jours qu'ils descendent dans la rue. Pas pour manifester en tout cas. Les policiers sont mobilisés aujourd'hui, mercredi 19 mai, un peu partout en France. Et les policiers de Guadeloupe ne sont pas en reste. Une trentaine d'entre eux se sont également rassemblés pour un mouvement citoyen, ce mercredi 19 mai, devant la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre.

C'est une accumulation de ce qui découle ces derniers jours. On voudrait une réponse ferme aux agressions vis-à-vis des policiers.

Lenny Uranie, membre du syndicat alliance police justice

 

Le syndicat de police Alliance est à l'origine de ce mouvement qui dénonce les agressions répétées de fonctionnaires. Les policiers exigent plus de sévérité dans les sanctions prises à l'encontre des auteurs des faits contre les forces de l'ordre. 

Caillassage nocturnes ou bien feux de poubelles réguliers, les policiers disent stop. Ils revendiquent une réponse ferme de la justice.

Patrice Abdallah, secrétaire départemental du syndicat unité SGP Police FO

Ils exigent que des peines minimales non aménageables soient appliquées aux personnes reconnues coupables d'exactions de faits contre les policiers et les forces de sécurité.

Nicolas Le-Tumelin, secrétaire départemental UNSA Police

Une manifestation qui a lieu deux semaines, jour pour jour après le meurtre du brigadier Eric Masson, à Avignon.