Stéphane Travert conforte les différents secteurs de son ministère

agriculture
Distillerie de Bonne mère
Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, en visite à la Distillerie Bologne (Nov. 2017) ©P. Labéca
Deuxième jour de visite en Guadeloupe pour Stéphane Travert. Le ministre de l'agriculture et de l'Alimentation s'est intéressé à la problématique du rhum.  Hier c'est avec les élèves du lycée agricole qu'il avait commencé sa visite
Première étape de cette matinée, la distillerie Bologne où il a été question de canne, de sucre et bien sûr, de rhum. La question des contingents supplémentaires de rhum sur le marché européen était au coeur des discussions.
Il est vrai qu'un bras de fer oppose les distilleries de Guadeloupe à celles de la Martinique qui réclament un quota supérieur à la Guadeloupe. Le gouvernement n’a pas encore tranché et cherche une solution « équitable ». Stéphane Travert, le ministre de l’agriculture et de l'Alimentation veut faire prévaloir une démarche de concertation.

STEPHANE TRAVERT AU LYCEE AGRICOLE

Dès sa descente d’avion, le ministre s’est rendu au lycée agricole. Pour lui la formation doit être un élément moteur. Une visite de terrain pour faire le point sur le passage de l’ouragan Maria, faire un état des lieux des politiques publiques de l’agriculture, mais aussi en proposer de nouvelles.
©guadeloupe

 

©guadeloupe

Le ministre de l'agriculture a fait ensuite le point au Cirad, sur l'avancée des recherches sur la lutte contre les parasites

©guadeloupe

Autre secteur qui nécessite une restructuration, la filière pêche. En octobre dernier les marins pêcheurs avaient paralysés certains axes routiers pour se faire entendre. Plus que jamais, ils souhaitaient une redynamisation de l'activité pêche en Guadeloupe. Ils ont pu en discuter avec le ministre de l'agriculture et de l'alimentation.

©guadeloupe

Ces grands dossiers qui préoccupent les acteurs des filières agricoles et de la pêche, Stéphane Travert les a ensuite abordés lors d'un entretien accordé à Guadeloupe 1ère la Télé
Retrouvez ici l'intégralité de cet entretien

©guadeloupe