Tempête Fiona : une importante casse de canalisation empêche l'alimentation en eau de nombreux foyers

eau potable
Rivière du Pérou, Capesterre Belle-Eau
Rivière du Pérou, Capesterre Belle-Eau ©Mickaël Bastide
De nombreux foyers Guadeloupéens restent privés d'eau potable. Une situation qui certes, s'est améliorée par rapport à la veille, mais pour les habitants privés d'eau depuis vendredi soir, la vie n'est pas simple. Les opérateurs ont connu de nombreux incidents plus ou moins graves lors du passage de la tempête et les travaux de réparation demeurent compliqués.

Dimanche 18 septembre, à 16 heures, un peu plus de 24 heures après le passage de la tempête tropicale forte Fiona, le Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de Guadeloupe indiquait que 150 929 clients étaient impactés par les coupures d'eau. 

Depuis, ce sont des milliers de foyers qui ont retrouvé le précieux liquide, dans leurs robinets, mais l'alimentation en eau dans plusieurs communes de l'archipel reste difficile. Pour exemple, à Baillif, Basse-Terre, Gourbeyre, Saint-Claude, Vieux-Fort et Vieux-Habitants, la mention "aucune visibilité pour le moment" est précisée. Cela signifie que des travaux importants sont nécessaires ou que les infrastructures ne sont/n'étaient pas accessibles. 

Ce lundi 19 septembre, pas d'amélioration dans certains secteurs, d'autant plus qu'à la rivière du Pérou, la principale conduite d'eau potable qui part de Capesterre Belle-Eau pour aller en Grande-Terre a été fortement endommagée.
Plusieurs tronçons de la canalisation ont été tout simplement été arrachés suite à la montée des eaux.

Reste conduite arrachée, rivière du Pérou
Les tuyaux de cette conduite ont été arrachés suite à la montée des eaux. ©Mickaël Bastide

Ce matin, les équipes du SMGEAG étaient sur place pour constater les dégâts. 

Environ 40 mètres de la conduite en question, qui traversait la rivière permettait d'alimenter des eaux en Grande-Terre, est désormais manquante. 
La répartition est donc inégale. 
En temps normal, l'alimentation en Grande-Terre et à Capesterre Belle-Eau est issue de la combinaison de deux usines, celle de Belle-Eau Cadeau et celle de la Digue. 

Aujourd'hui, il faut se dire qu'entre ces deux usines, il y a un trou. Pour alimenter la Grande-Terre, on a besoin de ces deux usines en débit et en pression [...] Aujourd'hui en terme de configuration, on a l'usine de Belle-Eau Cadeau qui alimente une partie de Capesterre (Bananier, Saint-Sauveur, les Saintes) et l'autre partie au niveau de La Digue, qui va alimenter d'autres secteurs de Capesterre, Goyave et une partie de la Grande-Terre.

Astrid Datil, Chef du département "Eau potable -Territoire Centre" du SMGEAG

4 000 abonnés à Capesterre Belle-Eau sans solution d'alimentation, selon le SMGEAG

En conséquence, la distribution en eau continuera d'être dégradée. Le SMGEAG, pour ne pas perdre l'eau traitée a dû "isoler ce tronçon manquant" en fermant deux vannes des deux côtés. Les personnes vivant entre Moulin à eau et Changy ne seront pas du tout alimentées. Cela représente environ 4 000 abonnés, sur les secteurs du bourg, de Marquisat, Cambrefort, pour lesquels il n'y a pas de solution d'alimentation, dans l'immédiat. 

Pour l'heure, le syndicat n'a aucune visibilité sur les travaux prévus. "Il ne s'agit pas d'une réparation", explique Astrid Datil. Des "travaux conséquents" devront être engagés afin de pouvoir, à nouveau, relier les deux canalisations. Un chantier qui devrait impliquer des financements de la Région et de l'Etat.

Les abonnes concernes par de possibles coupures d'eau  devront donc prendre leur mal patience.