Timides retours de la banane guadeloupéenne

agriculture
plantation bananes
Les premiers régimes de banane post-Maria sont coupés depuis le début de cette semaine, au sein du groupement « Les producteurs de Guadeloupe ». Cela concerne pour l’instant une vingtaine de planteurs. 
Les premiers régimes coupés sont destinés dans un premier temps au marché local, qui absorbe environ 5 000 cartons par semaine. Le groupement devrait en fournir à peu près un millier cette semaine.
Après leur séjour en mûrisserie, les bananes de Guadeloupe seront donc de nouveau sur les étals à partir de la semaine prochaine.
Depuis le passage de l’ouragan, qui avait détruit 100 % des parcelles en septembre, c’est la Martinique qui alimentait le marché local, mais avec seulement 2 à 3 000 colis par semaine. Quant aux exportations, elles devraient reprendre d’ici la fin mars, lorsque les volumes seront suffisants.
Mais le groupement a prévu d’expédier cette année environ 23 000 tonnes seulement, soit 30 % de son volume habituel, car beaucoup de parcelles sont à replanter, et seront d’abord assainies par une période de jachère de un an à 18 mois. C’est donc seulement en 2020 que la Guadeloupe retrouvera son niveau d’avant Maria, qui était d’environ 75 000 tonnes annuelles.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live