Un vent de reprise dans le transport aérien

transports
Air Canada et Air Transat
Avec l’annonce de la fin des tests PCR au départ de Paris pour les personnes vaccinées, l’amélioration de la situation sanitaire et l’annonce de la haute saison touristique, les compagnies s’organisent. Si certaines reviennent vers la Guadeloupe, d'autres préfèrent y renoncer.

D’abord, les grands retours. Après des mois d’absence, ce sont deux compagnies Nord Américaines qui reviennent aux Antilles : entre fin octobre et début novembre, Americain Air lines, Air Canada et  aussi Air Transat, se poseront à nouveau dans nos régions. Une fois par semaine comme autrefois, le samedi pour la compagnie américaine, trois fois par semaine pour Air Canada.

Ensuite, il y a celles qui renforcent leur programme de vol en prévision de la haute saison touristique. Pour Air Caraïbes ce sera jusqu’à 21 vols par semaine entre Paris et la Guadeloupe, Corsair elle rajoutera en fin d’année Nantes, Bordeaux et Lyon à la liste des aéroports qu’elle desservira entre l’Hexagone et les Antilles.
Pour sa part, Air France affiche de nouvelles ambitions. La compagnie nationale a décidé de reprendre ses vols vers Port au Prince à compter de début novembre. Elle annonce aussi l'ouverture de deux nouvelles lignes directes  au départ de Pointe-à-Pître : New York et Montreal, dès le 23 novembre à hauteur de deux fréquences par semaine par destination. Enfin son programme long courrier sera renforcé avec jusqu’à 21 vols par semaine et toujours le choix entre Orly et Roissy 

Air CaraÎbes, Corsair et Air France

Enfin, Air Belgium affirme que les vols directs doivent reprendre dès décembre prochain avec Pointe-à-Pitre et Fort-de-France. Air Belgium réceptionne un nouvel Airbus A330 Néo dédié à ces dessertes.Toutefois, la compagnie affirme qu’elle a opéré un report de la reprise des rotations avec les Antilles d’octobre à Décembre parce que la situation sanitaire dans nos régions est incertaine. Elle signale avoir dû interrompre à 4 reprises ses dessertes antillaises, ce qui impliqueraient de « nombreuses complications » dommageables pour ses clients.

Air Belgium
©Air Journal