Une force plus symbolique que physique pour prôner l'apaisement

société
Cohésion sociale
©C. Ledézert
Ils n'étaient pas nombreux ce samedi matin à avoir répondu à l'appel de l'association "Cohésion Sociale et Libertés Républicaines". Un mouvement qui souhaitait jouer les intermédiaires au milieu du conflit qui paralyse la Guadeloupe depuis plus de dix jours

Initié par Amédée Adélaïde, ancien président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Pointe-à-Pître, le mouvement se voulait tout d'abord pacifique.
Il s'agissait avant tout d'exprimer une autre vérité au milieu d'un conflit particulièrement difficile.
Mais l'appel, s'il a été entendu, n'a pas été suivi d'effets. Pour ceux qui se trouvaient devant la sous-préfecture, ils se disaient en premier lieu, porte-paroles d'une majorité silencieuse qui a peur des réprésailles et préfèrent ne pas exacerber les tensions. 
Amédée Adélaïde, Président d'honneur de l'association Cohésion sociale et libertés républicaines
 

©Guadeloupe

Une "Guadeloupe apaisée" a donc été le slogan proclamé par tous ceux qui se seront physiquement déplacés pour cela au cours de ce rassemblement qui les a conduits de la gare maritime à la Place de la Victoire. 

Mais à côté des autres manifestations de cette journée, il n'aura été qu'un murmure.