Une marche des fiertés contre l'homophobie

Une marche intitulée la "marche des fiertés" pour montrer aux Guadeloupéens LGBTQ+, victimes de violence, de discrimination et autres abus qu’ils ne sont pas les seuls à vivre ce calvaire
Une marche intitulée la "marche des fiertés" pour montrer aux Guadeloupéens LGBTQ+, victimes de violence, de discrimination et autres abus qu’ils ne sont pas les seuls à vivre ce calvaire. ©Olivier Duflo
Dur de mobiliser en Guadeloupe quand on est LGBTQIA+. La marche des fiertés prévue hier à Pointe-à-Pitre, n’a pas rassemblé. Et la crainte reste présente.

Hier après-midi, samedi 6 août, se tenait la première marche pour les droits des personnes LGBTQIA+ en Guadeloupe. Une marche intitulée la "marche des fiertés" pour montrer aux Guadeloupéens LGBTQIA+, victimes de violence, de discrimination et autres abus qu’ils ne sont pas les seuls à vivre ce calvaire et que des associations sont là pour les soutenir dans le contexte Guadeloupéen où les langues ont encore beaucoup de mal à se délier sur le sujet.

Malheureusement, elles n’étaient que quatre femmes à participer, c’est peu comme le regrette l’organisatrice, Lydie Siwsanker. Mais pas de quoi décourager ces femmes qui ont tenu à aller jusqu’au bout malgré une météo menaçante. 

Lydie Siwsanker, organisatrice de la marche des fiertés et présidente de "Ma différence LGBT"

Une démarche militante, d'engagement et de lutte qui, elles l'espèrent, pousseront les personnes concernées à marcher fièrement à leurs côtés pour les éditions prochaines.