Vacciné(e), et après ?

coronavirus
Vaccination anti-covid

Qu’est-on autorisé de faire une fois vacciné(e) ? Est-ce que l’injection des deux doses de Pfizer, vaccin le plus souvent administré en Guadeloupe, nous donne plus de libertés ? A partir de quand est-on immunisé contre le Covid-19 ?

Tout d’abord, il faut compter trois semaines après la première injection du vaccin Pfizer ou Moderna pour être protégé à 90%, un peu moins 76% avec le vaccin AstraZeneca au bout de 22 jours. Et cette première injection permet de réduire la transmission du Covid-19 de moitié au sein d’un même foyer. Il faut donc une deuxième injection pour parvenir aux 100% d’efficacité. Les patients atteignent une couverture totale au bout de 10 jours.

100% d’efficacité ne signifie pas 100% d’immunité. Au maximum de leur efficacité, les vaccins vous évitent de contracter la forme grave du virus et d’aller en réanimation.

Les vaccins limitent la propagation du virus dans le corps mais si vous contractez la maladie, vous pouvez quand même contaminer un tiers. Les gestes barrière restent donc à l’ordre du jour tant que l’immunité collective n’est pas atteinte. Il faudra pour cela que 70% de la population guadeloupéenne soit vaccinée.

Reste la question des variants : à quel point les vaccins actuels nous garantissent-ils une protection contre les variants anglais, brésiliens, indiens, sud-africains ? Leur efficacité a été testée sur la forme historique du SARS-COV2. Les données doivent encore être réactualisées.

Enfin, être vaccinés donnera-t-il droit à plus d’avantages (de sorties, de voyages...). 

Oui en partie.Emmanuel Macron a annoncé, jeudi, à plusieurs titres de la presse quotidienne régionale la mise en place d’un "pass sanitaire". L’idée est simple : conditionner l’accès à un lieu ou à un événement à une vaccination contre le Covid-19 ou à un test négatif récent. Pas de "pass sanitaire" pour aller au restaurant ou au café. Mais plutôt pour aller aux stades, festivals, foires ou expositions.

Le « pass sanitaire » français devra encore être débattu au Parlement, d’ici la fin mai et il pourrait être utilisé dès le 9 juin.