guadeloupe
info locale

Violence en Guadeloupe: il faut agir!

violence
Violence en Guadeloupe: il faut agir!
Les secours en intervention dans l'agglomération pointoise dans la nuit de jeudi à vendredi 05 mars 2016
Les nuits de vendredi et de samedi ont été particulièrement violentes en Guadeloupe. Samedi un jeune homme de 27 ans a été tué à Saint-François, la veille c'est 8 personnes qui ont été blessées par arme à feux dans l'agglomération pointoise. Des cris d'alerte sont lancés. 
Un homme de 27 ans est décédé dans la nuit de vendredi à samedi. Il a reçu un coup de couteau à la gorge selon nos informations. Les faits se sont produits dans un espace très passant : la marina de Saint-François. Vers 23 heures. 
Malgré l’arrivée très rapide des services de secours, il est décédé sur place. Nous ne connaissons pas les raisons de ce nouveau meurtre. Une enquête de gendarmerie est ouverte. Il s'agirait d'un règlement de compte selon les premiers éléments de l'enquête. L'auteur présumé est activement recherché. C’est le 7ème homicide depuis le début de l’année en Guadeloupe. L’an dernier l’archipel a enregistré un chiffre record d’homicides, 45 morts violentes
La fin de semaine a été particulièrement violente. Dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’agglomération pointoise. 8 blessées par arme à feux dont 4 graves sont à déplorer.
Une violence sourde qui a touché des jeunes. Plusieurs témoins affirment qu'il s'agit de règlement de compte entre bandes. 
Le sujet est revenu à l’occasion de la visite officielle de George Pau Langevin, la ministre des outre-mer à Lauriscisque à pointe-à-Pitre dans le cadre de sa séquence sur l’insertion des jeunes par le sport nautique.
Les responsables d'une association d'insertion, ont évoqué l’absence d'un des leurs, un des jeunes gravement blessé par ces coups de feu. Il fait partie de la structure. Franck Phazian, le responsable, a véritablement lancé un cri d’alerte, à destination de George Pau Langevin. C’est une violence bien présente et les auteurs présumés sont de plus en plus jeunes.

Violence en Guadeloupe: il faut agir!


Du côté des forces de l’ordre, les organisations syndicales continuent à réclamer des moyens matériels et humains pour faire face. Une vieille revendication qui n'a pas encore été totalement satisfaite. Les autorités ont mis en place un peloton de gendarmerie mobile d'une centaine de militaires en garnison dans l'agglomération pointoise pour des durées de 3 mois, mais le dispositif n'est pas permanent.   

Violence en Guadeloupe: il faut agir!


George Pau Langevin a bien entendu ces demandes répétées des organisations syndicales. Le gouvernement va étudier le dossier, mais pour la ministre des outre-mer, en visite officielle en Guadeloupe, il faut que les communes prennent à bras le corps ce dossier de la délinquance avec les conseils de prévention de la délinquance. Ces conseils doivent être mis en place rapidement pour apporter une première réponse concrête, de proximité et adaptée. 
 

Violence en Guadeloupe: il faut agir!


Une violence devenue insupportable pour les habitants de l'archipel. La Guadeloupe a enregistré de mauvais chiffres de la délinquance et des homicides l'an dernier, après une baisse sensible en 2014. Ce début d'année 2016 ne laisse pas place à l'optimisme.  

Publicité