publicité

Vivre sans eaux et sans explications

il y a quelques jours, la campagne d'affiche publicitaire de la Générale des Eaux disait : "je suis responsable, je paie mon eau". Des mots qui ont touché certains usagers qui eux, paient sans être correctement desservis. Et les causes sont multiples mais eux vivent sans eau courante

  • F-J. Ousselin avec L. Dolmare et Ch. Danquin
  • Publié le
La campagne de la Générale des Eaux ne sera pas passée inaperçue et, pas forcément dans le sens que ses initiateurs l'avaient souhaité au départ. Les mots choisis ont souvent été très mal accueillis par les usagers, et particulièrement, par ceux qui paient régulièrement pour un service qui ne leur est pas rendu.
Dans plusieurs communes de l'archipel guadeloupéen, l'eau n'arrive pas jusqu'au robinet alors même que la facture elle arrive jusqu'à la boîte aux lettres. En cause, des canalisations défectueuses, des constructions faites souvent en hauteur sans qu'un surpresseur n'ait été installé pour acheminer l'eau chez tous les riverains, des investissements non faits pour certaines urgences... Les causes ne manquent pas à l'inverse des décisions.
Et tandis que les politiques se déchirent en se renvoyant la balle des responsabilités, les usagers passent de désappointements en déconvenues. 
Et "l'île aux belles eaux" continuent d'assoiffer plusieurs de ses habitants.

VOIR : 
SANS EAU DEPUIS 5 ANS

 

Sur le même thème

  • eau potable

    De la dynamite dans l'eau

    Le feuilleton du dossier de l'eau en Guadeloupe ne manque pas d'épisode. Cette fois c'est un membre du gouvernement qui a mis les pieds dans le plat en renvoyant vers les élus guadeloupéens la responsabilité de la gestion du dossier de l'eau

  • eau potable

    Mobilisation des usagers de l'eau du Sud Basse-Terre

    Les Comités de l’eau du sud Basse-Terre se rassemblent depuis ce matin devant les mairies de Capesterre, Baillif et Gourbeyre. Mais ils ont choisi de ne pas bloquer les routes, compte tenu de la crise au CHU.

  • eau potable

    Les problèmes d'eau de Grand Sud Caraïbes

    Les usagers de l’eau du sud Basse-Terre vont passer à l’action demain : toujours privés du précieux liquide, ils seront dans la rue, pour demander le départ de la présidente de la CASBT aux prises en ce moment avec  la pollution de l’eau par des matières fécales à Rivière Sens.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play