Week-end prolongé du 15 août : les hébergements touristiques affichent complet

tourisme
Hébergement touristique
Hébergement touristique ©Mickaël Bastide
Les affaires sont bonnes pour les propriétaires de gites, en ce week-end prolongé de l’Assomption. Les Guadeloupéens représentent une part importante de la clientèle. Un changement qui s’est amorcé à l’après-confinement, où les locaux ont souhaité prendre du bon temps, même sans voyager.

Durant l’actuel week-end prolongé du 15 août 2022, les propriétaires d’hébergements en location saisonnière se frottent les mains, en Guadeloupe. Les gites de l’archipel affichent complet. Cette reprise était très attendue par les professionnels, qui ont subi de plein fouet la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Je confirme que c’est un week-end chargé puisqu’effectivement de nombreux collègues affichent un taux de remplissage de 100%. On est très très satisfaits de cette période. Il était temps que les choses recommencent, qu’on ait de bonnes nouvelles.

Olivia Ramoutar, vice-présidente de la Fédération du tourisme de proximité de Guadeloupe

Pour l’occasion, tous misent sur un accueil exemplaire, afin de séduire la clientèle, de la fidéliser et de récolter de bons commentaires en ligne ; telle est la clé de la longévité d’une telle activité.

Il faut que le gite soit préparé dans de très bonnes conditions, pour que quand les clients arrivent ils soient contents.

Olivia Ramoutar, vice-présidente de la Fédération du tourisme de proximité de Guadeloupe

Olivia Ramoutar, vice-présidente de la FTPG.
Olivia Ramoutar, vice-présidente de la FTPG. ©Mickaël Bastide

Les Guadeloupéens de plus en plus friands de séjours en gite localement

De plus en plus, les Guadeloupéens, même s’ils ne voyagent pas, entendent changer d’air, dans l’archipel. Nombreux sont ceux qui optent pour des séjours dans les îles de Guadeloupe. 

Je suis garagiste et j’ai pris du temps, pour venir avec mes enfants, pour pouvoir prendre du bon temps. Nous revenons du restaurant et, là, ils sont dans la piscine. Nous avons pris l’habitude de faire ça. C’est sûr qu’avec le Covid, c’était un peu difficile. Mais dès qu’on a pu prendre du bon temps, on l’a fait. Je reviens du Covid, je reviens de loin, donc là je prends la vie d’une autre manière.

Jean-Yves Marcin, Guadeloupéen, client de gite

Jean-Yves Marcin, Guadeloupéen, client de gite
Jean-Yves Marcin, Guadeloupéen, client de gite ©Mickaël Bastide
Jean-Yves Marcin et ses enfants, clients de gite
Jean-Yves Marcin et ses enfants, clients de gite ©Mickaël Bastide

Les propriétaires de gites qui, avant, étaient principalement tournés vers les visiteurs extérieurs, l’ont bien compris et ont dû s’adapter.

Nous sommes très contents parce que nous avons un mix de clientèle, aujourd’hui : une clientèle hexagonale et beaucoup de clients locaux qui fréquentent nos hébergements. Nous sommes ravis de les accueillir. On a bien conscience que les locaux sont une clientèle importante. La vie est faite de changements. La crise sanitaire, la période de confinement nous ont permis de nous réinventer. Se réinventer, c’est aussi faire des constats. Nous réfléchissons autrement et voyons dans quelles mesures nous pouvons capter la clientèle locale de plus en plus, lui faire des offres particulières.

Olivia Ramoutar, vice-présidente de la Fédération du tourisme de proximité de Guadeloupe 

Cette clientèle locale, qui profite davantage des équipements des logements, contrairement aux touristes qui passent leurs journées en excursion, aspire à davantage de confort et à des propositions d’activités sur place.

Bientôt l’intersaison, moins florissante

Les professionnels du tourisme profitent de cette période faste, sachant pertinemment qu’après, les clients se feront plus rares. Ce sera, pour eux, un temps de pause, ou à mettre à profit pour améliorer leur(s) bien(s).

De façon générale, on sait très bien que les mois de septembre et octobre sont maigres, les mois de très très basse saison. C’est la période où le propriétaire fait des travaux, relook un peu ses hébergements... On refait un peu la communication. On fait toute la paperasserie et cette réflexion, pour préparer la nouvelle saison du mois de novembre. C’est aussi la période de vacances du propriétaire.

Olivia Ramoutar, vice-présidente de la Fédération du tourisme de proximité de Guadeloupe