guyane
info locale

16 lycéens de Guyane se sont rendus en Guadeloupe à la 19ème édition du Prix Carbet des Lycéens

livres
La délégation guyanaise du Prix Carbet 2019
La délégation guyanaise du Prix Carbet 2019 ©Eric Mistral
Une délégation de 16 lycéens s'est rendue en Guadeloupe pour l'attribution du Prix Carbet des lycéens 2019, une cérémonie qui s'est déroulée le 25 mars. C'est l'écrivain Jamaïquin, Kei Miller qui a remporté le prix avec son livre "By the river of Babylon. C'était aussi le choix des Guyanais.
C'est la Guadeloupe qui accueillait cette année le prix Carbet des lycéens au lycée "Des droits de l'homme" de Petit-Bourg. Une délégation de 16 lycéens de Guyane, choisis parmi 8 lycées de Guyane a participé à la séance délibérative. L'annonce du lauréat du prix a été lue par Maëlle Hogwood, présidente du Jury et élève au lycée Léon Gontran Damas de Rémire-Montjoly.
Maëlle Hogwood annonce le résultat de la délibération
Maëlle Hogwood, président du jury, du lycée Damas annonce le résultat de la délibération ©Eric Mistral
Le 19ème prix  Carbet des Lycéens a été attribué au livre "By the rivers of Babylon" de  Kei Miller et voici ce qu'a lu la présidente :
"By the rivers of Babylon s'est démarqué car il dénonce des vérités, il parle d'une Jamaïque authentique de 1982. L'auteur a séduit les lycéens de par sont style d'écriture et la puissance de ses mots. Le ratafarisme a été mis en lumière et nous a permis de nous ouvrir à de nouveaux horizons socio culturels. Nous n'avons pas assez de mots pour qualifier la beauté de cet ouvrage.
Il n'est pas négligeable que ce roman devienne un incontournable de la littérature caribéenne."


Cet ouvrage avait déjà été primé en 2017 par Le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde. L'auteur Kei Miller est attendu en Guyane au mois de Mai.
By the rivers of Babylon de Kei Miller des éditions Zulma
"Le roman s’ouvre sur le 11 août 1982, lorsque Ma Taffy voit Kaia, son petit-fils, rentrer de l’école en pleurs. L’instituteur a coupé les dreadlocks de l’enfant, un véritable crime chez les rastafaris. Un crime qui ne peut que provoquer, selon Ma Taffy, une calamité, un cataclysme; "l'autoclapse"...." (calamité aux promesses d'Apocalypse). A lire
 
Publicité