Vague de suicides dans la communauté busi nengué

faits divers
Le farmixone
Un produit désherbant interdit sur le territoire français ©guyane 1ère
Entre décembre et  janvier 7 jeunes busi nengué se seraient suicidés. Le 6 janvier une jeune femme s'est donnée la mort à Apatou. Sa famille choquée lance un cri d'alarme. Le phénomène inquiète la communauté.
Sandrine Odon, mère d'un enfant de 6 ans, avait 23 ans. Elle résidait à Bordeaux où elle tentait de consolider son avenir professionnel. Venue en vacances chez ses parents à Maïman (commune d'Apatou), le 6 janvier elle absorbe du Farmixone, un puissant désherbant et meurt dans des souffrances horribles. En cause vraisemblablement une déception sentimentale.
Ce suicide est le septième d'une série macabre commencée au mois de décembre. La communauté de Mïman est désemparée. La famille de Sandrine a décidé de briser l'omerta et s'exprime sur le suicide des jeunes de plus en plus nombreux à se donner la mort depuis des mois.
Hier, à Albina, un jeune chanteur surinamais est décédé dans les mêmes circonstances. Là encore le fameux produit Farmixone, interdit à la vente sur le sol français, a été utilisé par le jeune homme. Il semblerait que les autorités surinamaises s'orientent vers une interdiction à la vente de ce produit dangereux.


Le reportage de Marc-Philippe Coumba et Yves Robin