L'usine d'eau potable de Saint-Laurent s'agrandit

politique
Saint-Laurent du Maroni
Vue aérienne de Saint-Laurent du Maroni ©FL
Hier avait lieu la pose de la 1ére pierre de l’extension de la station de production d’eau potable de Saint-Louis à Saint Laurent du Maroni. L’objectif de la mairie et de ses partenaires, doubler la capacité actuelle de l’usine afin de répondre aux besoins futurs.
La commune St-Laurent du Maroni vient de franchir une nouvelle étape dans sa politique de gestion et de production d’eau potable. Un projet dans lequel, le fermier, la SGDE est partie prenante.
 

Un investissement supporté aussi par le partenaire privé

La pose de la 1ére pierre de l’extension de l’usine d’eau potable de St-Louis fait suite à la signature, entre la mairie et la SGDE,  le 18 octobre 2011,  d’un avenant à la délégation du service public d’eau potable. En Guyane c’est la 1ére fois qu’un tel contrat se concrétise entre une collectivité et un organisme privé, il s’agit d’un partenariat public privé. La société Guyanaise des eaux a donc la maîtrise d’ouvrage déléguée mais avec ce dispositif innovant le partenaire privé supporte également une partie de l’investissement.
 

Des besoins en constante augmentation

Les besoins de la commune en eau augmentent d’année en année par rapport à l’accroissement de la population estimé à 6% par an.
Avec une prévision de constructions de près de 1000 logements en 2013 et une capacité de production d’eau potable de 4000m3 par jour, l’usine, en l’état actuel, ne peut répondre aux besoins à venir.
L’extension va permettre de doubler la capacité de production de 4000 à 8000m3 d’eau par jour.
 

Une opération à coût presque constant pour l’usager

Coût total de cette opération, 3 781 000 Euros. La part de l’état s’élève à 350 000 Euros, l’Europe à travers le FEDER finance ce projet  à hauteur 2 003 930 Euros.
Les 30% restant seront pris en charges par la SDGE, via un amortissement sur la durée du contrat jusqu’en 2020.
Une question se pose tout de même sur la participation des 6000 foyers abonnés au réseau.
Selon le maire, la répercussion sur le prix ne sera que minime. Il y aura certes une augmentation du tarif, mais qui sera alignée sur le coût de la vie.
Les travaux sont prévus pour une durée de 5 mois et la livraison de ce chantier aura lieu à la fin du mois de juin.

Reportage Marc-Philippe Coumba et Yves Robin